Conférences

Conférence "T.I.P.I" - Marie Annick Gaudaré

Logo tipi 10x10 copie

Qu’est ce que T.I.P.I. ?

Je suis allée à une conférence Jeudi 15 Décembre 2016 organisée par l’association AZA54.fr et animée par Marie-Annick GAUDARE (Praticienne et formatrice TIPI en situation depuis 2013 – formatrice à TIPI pour les petits et en cours de validation pour TIPI en direct).

Au premier abord, j’y suis par pure curiosité, car comme vous le savez, tout m’intéresse et tout est pour moi source d’apprentissage. J’ai été, tout au long de cette conférence attentive et intéressée par cette méthode peu connue et pourtant si simple d’utilisation, car oui, cette Technique d’Identification Sensorielle des Peurs Inconscientes est une technique efficace que tout le monde peut pratiquer sur soi-même et pour soi-même. C’était d’ailleurs le but de cette soirée d’information : Nous permettre de repartir avec une technique précise et claire.

Contrairement à l’E.M.D.R., pas besoin de remonter à la source de la situation qui a provoqué chez nous un choc émotionnel, il suffit juste d’accueillir l’émotion du moment sans chercher à comprendre pourquoi nous réagissons de la sorte et surtout de ne rien contrôler dans ce que notre corps veut nous exprimer. Bien au contraire, notre rôle sera de l’accompagner jusqu’à un total apaisement. Vous trouverez plus loin et plus en détail, le protocole à suivre.

Nous sommes tous capables de réguler nos émotions … mais parfois pour des raisons inconscientes, un blocage s’opère et il nous est impossible d’aller plus loin dans notre guérison intérieure.

Ces blocages concernent en fait toutes nos difficultés émotionnelles récurrentes, celles qui remontent à la moindre occasion : nos peurs, nos angoisses, nos phobies, nos anxiétés, nos stress, nos agacements, nos violences, nos inhibitions…

Qu’il s’agisse d’un choc suite à un accident ou d’une rupture affective douloureuse et que les mois qui suivent sont douloureux, le traumatisme s’efface peu à peu, et, nous pouvons en douceur reprendre goût à la vie.  Etant tous uniques et différents, ce n’est pas possible pour tout le monde. Alors que certaines personnes vont vers le meilleur, d’autres au contraire sombrent de plus en plus dans la douleur, la réaction émotionnelle et tout ce qui va avec.

Luc Nicon, au cours de ses recherches sur les difficultés d’apprentissage, a identifié une capacité naturelle qui est à notre disposition pour revivre sensoriellement l’origine de chacun de nos blocages émotionnels pour les réguler définitivement.

Capture 345

Fondateur de l’association Tipi (Technique d’identification sensorielle des peurs inconscientes)

Auteur de :

  • Comprendre ses émotions (juin 2003)
  • Tipi (juin 2007)
  • Revivre sensoriellement (juin 2013)

Sa formation initiale de gestionnaire a rapidement laissé place à son intérêt pour l’humain.
Scénariste pour le cinéma, auteur et metteur en scène de théâtre, homme de radio, il s’est finalement spécialisé en pédagogie et en communication comportementale en milieu scolaire, professionnel et sportif.

Étalées sur plus de 25 ans, ses nombreuses recherches sur les mécanismes émotionnels l’ont amené à créer et développer Tipi, une technique permettant de revivre sensoriellement l’origine des peurs inconscientes. Cette technique est aujourd’hui mise en œuvre partout dans le monde par des médecins, des thérapeutes, des coaches.

Aujourd’hui, avec Revivre sensoriellement, son dernier livre, il nous propose d’utiliser l’essentiel de ses découvertes, par nous-mêmes, en complète autonomie.

(Source : http://emotionforte.com/a-propos-de-luc-nicon/)


Tipi permet de revivre sensoriellement l’origine de nos blocages émotionnels pour les réguler définitivement.

Ce que j’ai aimé dans cette technique c’est sa simplicité et sa rapidité, moins de 2 mn dans la mesure où nous mettons de côté notre mental. Elle permet de désactiver les difficultés émotionnelles et comportementales. Elle peut se faire en complète autonomie.

L’ensemble de la démarche est présenté dans les livres de Luc Nicon, “Revivre sensoriellement” et “Tipi : Technique d’identification sensorielle des peurs inconscientes” parus aux Editions Emotion Forte.

Ce qui est intéressant également c’est qu’on peut utiliser Tipi chez les tout petits (de 2 à 8 ans), puisque l’on fait appel à notre cerveau reptilien, celui où l’on stocke nos émotions depuis notre vie prénatal et qui se développe qu’à partir de 7-8 ans. Tous les parents et les professionnels en contact avec de très jeunes enfants peuvent rapidement et facilement apprendre à faire Tipi pour les petits. Pour se faire, des formations sont proposées sur le site de TIPI.PRO


Parlons maintenant de la technique proprement dite !

  1. Situation de départ

Pour démarrer une session TIPI, la première question à se poser est « quel est le problème que je veux résoudre ». Cette étape est très importante car le problème doit être clairement identifié pour pouvoir le résoudre.

Une fois le problème défini, il faut arriver à retrouver des sensations physiques qui lui sont associées. Pour y accéder, je dois retrouver une situation concrète, précise et représentative du problème à traiter. En clair ; "ce jour là, à ce moment précis, il m'est arrivé ça".
Ensuite, il faut cibler le moment le plus intense de cette situation. Par exemple pour une phobie de l'ascenseur cela peut être : "c'est au moment ou les portes se referme que cela devient insupportable".

  1. Mise en sensation

Cette étape est très importante, car pour accéder à la peur initiale, il faut partir d’un ressenti précis. Pour cela il est nécessaire de revivre le moment précis que l'on a ciblé auparavant. Revivre, ce n'est pas se souvenir de l'événement ou se rappeler des sensations ressentis, ce n'est pas non plus visualiser la situation. Revivre, c'est y être à nouveau dans l'ici et maintenant.

  1. Cheminement

Quand la personne est dans le revécu de la situation, la consigne est alors de ressentir ce qui se passe dans son corps. Une fois que l'empreinte sensorielle (plusieurs sensations associés) est bien présente, la personne doit lâcher la situation de départ et se recentrer sur son ressenti corporel.
Ensuite, il s’agit de rester spectateur de ses sensations corporelles et de les laisser évoluer sans intervenir. Un des pièges à éviter est d’interpréter les sensations. Une sensation c’est par exemple : j’ai le cœur qui bat fort, j’ai envie de pleurer, j’ai mal à mon épaule, je me sens tiré vers l’arrière, etc …  Ce n’est pas : Je me sens humilié, je ne suis pas à la hauteur, etc…

Si vous restez connecté à vos sensations, celle-ci vont évoluer et il vous suffira de suivre cette évolution. Il est possible qu’il apparaisse des ressentis désagréables : douleurs, envie de pleurer, peurs, etc… Ces sensations ne sont pas dangereuses et le fait de rester dans la sensorialité permet de les regarder avec un détachement suffisant pour ne pas être « envahi ». Dans certain cas, il peut y avoir un revécu de perte de connaissance qui se traduit par « je ne sens plus rien, plus rien ne vient » dans ces cas là, il ne faut pas interrompre le vécu et affiner ses sensations de ce « rien » afin de traverser cette perte de connaissance et lâcher ce vécu traumatique.


Dans tous les cas le revécu ne doit pas dépasser 5 minutes. S'il n'y a pas apaisement au bout des 5 minutes, c'est que le protocole n'a pas été bien suivi, ou alors, c'est qu'il y a une deuxième empreinte sensorielle. IL faut de toutes façons arrêter le processus et recommencer une deuxième séance.

  1. Retour au calme

Après la traversée qui peut être plus ou moins rapide et plus ou moins intense, la personne sent qu’elle est arrivée à destination. Elle ressent un profond apaisement ainsi qu’une fatigue due au relâchement des tensions. Si la personne est bloquée ou trop fatiguée pour arriver à ce stade, il est préférable qu’elle stoppe le revécu dans un moment de faible intensité et qu’elle le reprenne plus tard. 

  1. Validation

Après la phase de revécu, il est nécessaire de vérifier la guérison, pour cela la personne se remet en contact avec la situation qui a permis la mise en sensation et vérifie qu’il ne reste plus rien.

Si ce n’est pas le cas cela veut dire qu’il y a une autre peur qui n’est pas traitée. Dans ces cas la il faut refaire une exploration et un autre cheminement. Si la personne est trop fatiguée, il est préférable de la laisser se reposer avant de reprendre. 

(Source : http://www.hypnose-aurillac-cantal.fr/la-technique-tipi.php)


 

 

Conférence "Communication par les défunts" - Adeline Bozzolo

Teaserbox 2465772135

Conférence animée par

Adeline Bozzolo (Opaline - Contact avec les Défunts, Magnétisme et Voyance) 

et

Tony Porcu (Magnétiseur énergéticien – Canal éthérique et Médium)

Centre de rencontre à Pulnoy


Alors que rien n’envisageait ma présence à une conférence hier traitant le sujet de la communication par les défunts et le magnétisme, quelque chose en moi n’arrêtait de me dire « vas-y », « c’est pour toi ». Mais étant partagée entre un weekend avec mon mari que je vois peu en semaine et ma présence à cette conférence, mon cœur balançait.

Le matin même, de fil en aiguille, tout s’est mis en place très vite pour que je puisse y aller et pour ça, je remercie l’Univers d’être toujours aussi présent pour m’épauler dans mon évolution spirituelle et me permettre de faire de belles rencontres !

Je ne vous cache pas que mes premières impressions en arrivant là bas ont été loin de ce que j’aurais pensé, me mélangeant assez bien avec les gens généralement, là je me sentais « différente », « à part », me demandant presque si j’avais fait le bon choix. Je sais, pas cool de penser cela après le coup de pouce que l’Univers m’avait offert, mais parfois des doutes surviennent, et cela doit surement venir du fait que je me cherche encore un peu, je cherche ma place, mon vrai rôle sur cette terre. Pourtant quand je me trouve là derrière mon écran à vous guider, vous conseiller, vous aider, vous accompagner au quotidien, ces doutes ne sont pas présents.

JE SAIS car JE SUIS !

En toute simplicité, en toute humilité et avec beaucoup d’amour inconditionnel pour chacun de vous. Votre fidélité au quotidien témoigne de votre gratitude et pour cette raison, recevez également la mienne.

Gratitude

 

Pour en revenir à cette belle conférence animée par Adeline Bozzolo, tout s’est fait en toute simplicité également, avec beaucoup d’humilité et de sincérité.

Cette jeune femme, toute intimidée et toute nouvelle dans le milieu des conférences a pourtant su tout au long de son sujet nous transporter, nous partager son vécu pourtant pas facile, semé de nombreuses épreuves et souffrances.

C’est en tenant tête à une vie qu’elle ne pouvait plus supporter qu’elle a su faire de nouveaux choix et a pu reprendre goût à la vie, la vraie celle parsemée d’amour et d’espoir tout en sachant que la vie n’est pas faite que de bonnes choses mais aussi de situations à répétitions que l’on doit travailler pour en tirer une vraie leçon de vie et réussir à briser ces liens qui nous raccrochent à un passé parfois très très lourd, que ce soit de cette vie présente ou de vies antérieures, voire également de liens ancestraux bien ancrés.

Adeline, en lien avec les défunts depuis sa plus tendre enfance, a dû comme beaucoup se taire, s’éteindre, pour ne pas déranger au risque de représailles en lui faisant penser qu’en fait, elle était folle, limite d’être enfermée dans un hôpital psychiatrique. Elle a dû donc se conformer à une éducation contraire à ses valeurs, à ce qu’elle ressentait au fond d’elle, n’ayant jamais perdu l’espoir qu’un jour, elle réussirait à reprendre les rennes de sa vie.

Cela a pris plus de 20 ans, jusqu’au jour où une rencontre a tout changé ! Un amour en qui elle ne croyait plus et pourtant, ce jour là, il se trouvait là devant ses yeux tels un ange protecteur et qui n’était autre que son futur mari. De part cette magnifique rencontre, elle a pu en faire une seconde, tout aussi magnifique : celle de sa belle maman Patricia.

Toutes deux se sont trouvées en phase dès le premier regard et depuis ne se quittent plus. Complémentaires, elles ont commencé à travailler ensemble sur les différentes manières de communiquer avec l’au-delà. Une des premières possibilités dont nous pensons de suite est l’écriture automatique, mais ce n’est pas la seule.

J’ai d’ailleurs déjà publié un article sur ces différentes possibilités de joindre ou d’être joints par nos défunts ou nos guides, nos anges, etc….

Plusieurs personnes ayant témoigné des séances déjà réalisées avec Adeline ont toutes dit la même chose :

c’est impressionnant l’exactitude des messages ainsi que l’intensité de la séance. Attendez-vous si vous faites appel à Adeline de ressortir de là, plein de joie, d’amour mais aussi de sentiments peut être moins joyeux. Mais tout ce que vous ressentez fait parti de ce que vous deviez ressentir pour peut être enfin comprendre, être soulagé et mieux par la suite, repartant avec un apaisement certain.

Vous voulez faire appel à elle ? Voici sa carte de visite

15129941 10211244245806731 1152885130 n


Pour en revenir à moi, hihi, je peux vous partager trois moments forts pour moi concernant le contact aux défunts. Il faut savoir dans un premier temps que j’ai découvert ma capacité de médium que depuis peu (février 2014) et que le domaine qui me fait le plus flippé était le domaine des défunts, des entités, du bas astral etc… Je ne vais pas à la "pêche" aux défunts, ce sont eux qui viennent à moi.

Premier moment fort pour moi au décès de ma grand-mère : Nous nous trouvions chez ma petite sœur, il y avait ma maman, et mes tantes, toutes assises tranquillement on va dire. D’un coup, je me suis sentie poussée à transmettre un message de ma grand-mère pour ses filles et ce moment fort en émotions a permis aussi de faire un dernier au revoir d’une mère à ses enfants. A cette période, il faut savoir que je venais juste de m’ouvrir à la spiritualité, porte fermée depuis plus de 20 ans.

Second moment fort a été après le décès très brutal d’un neveu à la veille de mon anniversaire. Un accident de voiture où lui et son copain ont trouvé la mort par les flammes, la voiture ayant explosée après le choc. Je ne me souviens plus combien de temps après, alors que j’étais en train de pianoter sur mon téléphone portable, j’ai senti un grand coup de frisson, des larmes qui n’étaient pas les miennes et une urgence à devoir taper un sms pour ne rien louper de ce qui venait à moi. Ce message était simplement un au revoir à ses parents pour leur expliquer que sa mort ne devait en rien être la fin de la vie de ses parents et que son rôle était terminé sur terre. Je ne dévoilerais pas la totalité du message, mais ce message que j’ai imprimé ensuite a été lu et gardé par ses parents. Pour ne pas oublier !

Troisième moment fort  est encore un contact de ce neveu qui est venu à moi pour délivrer un message urgent pour son papa qui est en train de se laisser consumer à petit feu. Ce message plein d’amour était un vrai coup de pied aux fesses de la part de ce fils qui observe tout ce qui se passe « en bas » et c’est là qu’en fait, ne voyant pas souvent ce papa et le voyant de plus en plus s’éteindre à la vie, je n’ai su quoi faire vraiment de ce mot. La fermeture de ce papa en souffrance m’a laissé dans un doute profond et j’avoue qu’à ce jour, je n’ai toujours pas de réponses à mes questions ; si j’ai bien ou mal fait ! En tous les cas, j’ai été dans l’impossibilité de délivrer ce message fort et pour ça je demande PARDON à l’Univers, à mon neveu et à ce papa blessé, écorché par la vie.

A chaque fois qu'il est près de moi, je sens comme une odeur de graisse mécanique, étant passionné des voitures, des motos etc... toujours les mains dans la graisse


La seconde partie de la conférence a été animée par Tony Porcu, magnétiseur – énergéticien – canal éthérique.

J’avais déjà assisté à un atelier sur les nouveaux enfants et une conférence sur les E.M.I., sujets forts intéressants et qui confirment à chaque fois ce que je sais déjà, sans prétention biensur, surtout que je suis loin de tout savoir ! toujours à apprendre et c’est pour cela que je suis ravie de pouvoir assister à ce genre d’événements.

Tony nous a également parlé de son expérience de vie qui l’a poussé à se découvrir ! Pourtant rien n’était fait au départ pour le laisser imaginer qu’il pourrait accomplir sa mission de vie avec autant d’amour inconditionnel et d’humilité en venant en aide aux personnes désireuses d’aller vers la guérison que ce soit physique ou psychique.

Magnétiseur très connu dans la région, il nous a fait part de quelques expériences bienheureuses qui lui ont permis d’avancer et de comprendre l’évolution humaine et nous a expliqué à quoi servait le magnétisme dans notre quotidien.

J’avais déjà posté un article à ce sujet que vous pouvez retrouver ci-dessous


La conférence s’est terminée en toute simplicité autour d’un buffet où Adeline et Tony se sont rendus disponibles pour répondre aux nombreuses questions qui nous trottaient encore dans la tête.

Pour ma part, de belles rencontres, de beaux échanges et j’ai eu beaucoup de mal à me résoudre à partir !

Au plaisir de participer à nouveau à ce genre de conférences enrichissantes !

 

 

 

Conférence "Expérience de Mort Imminente (E.M.I.)" - Tony Porcu

Tamlgnodtct t1

Je suis allée Jeudi soir à une conférence traitant de l’E.M.I. (expérience de mort imminente) organisé par Anne Volle de l'association AZA54 et animée par TONY PORCU, magnétiseur énergéticien – Canal Ethérique et voici un "petit" topo de cette conférence. 

Après les présentations faites, cette conférence a débuté par un témoignage d’une connaissance de Tony qui relate son expérience d’E.M.I. et à ma grande surprise, elle ne parle pas d’une E.M.I comme on aurait pu s’attendre, c’est-à-dire vraiment suite à une mort clinique ou d’un coma avancé mais d’une E.M.I. vécue lors d’un sommeil profond. Ce témoignage a réveillé en moi un souvenir ancré qui ressemblait presque à tous points à ce que je venais d’entendre.

Voici mon témoignage que j’ai pu vivre en 1997, enceinte de 7 mois.

« Pendant cette période, il faut savoir que j’étais quelqu’un de complètement fermée à la spiritualité ou du moins j’avais claqué la porte de cette voie là par peur en 1994 et je recommençais à vivre beaucoup de voyages astraux, des sorties de corps non contrôlés et pas toujours très agréables. Ces voyages astraux pourraient être comparés à une E.M.I. à la seule différence que ce qui arrive se passe pendant notre sommeil profond et non pendant une mort clinique.

Cette nuit là, bloquée dans mon lit, j’ouvre les yeux et dans un sentiment de bien être profond, d’amour et de chaleur je découvre au pied de mon lit une silhouette flottante recouverte d'une cape d'un blanc immaculé. Cette silhouette tenait une lanterne de la même intensité. Impossible de voir son visage, mais aucune peur de ma part. Je l'ai observé pendant un temps. Je n’ai jamais su qui il était mais je reste persuadée qu’il est venu là pour me rassurer, me montrer son existence pour me permettre de m’ouvrir à nouveau. Tout comme les multiples témoignages, cette rencontre ne m’a pas laissée indifférente. Ma vie m’a mise face à moi-même, face à l’être que j’étais à l’intérieur de moi et c’est là que j’ai décidé de saisir cette seconde chance qui est survenue bien plus tard lors d’un événement douloureux de ma vie. Depuis, comme beaucoup d'expérienceurs témoignent,  le sens de ma vie a complètement changé en me rapprochant de plus en plus vers ce qu'une vie devrait être : une vie emplie d’amour inconditionnel et tout ce qui en découle. »

Voyons maintenant concrètement, de quoi on parle lorsque l’on parle d’E.M.I

Pour plus de précisions, j’ai été cherché sur Wikipédia des explications qui sont en tous points ce qui a été relaté lors de la conférence.
 

1 - Qu’est ce qu’une E.M.I. ?

Expérience de mort imminente (EMI) est une expression désignant un ensemble de « visions » et de « sensations » consécutives à une mort clinique ou à un coma avancé.

Ces expériences correspondent à une caractérisation récurrente et spécifique contenant notamment : la décorporation, la vision complète de sa propre existence, la vision d’un tunnel, la rencontre avec des entités spirituelles, la vision d’une lumière, un sentiment d'amour infini, de paix et de tranquillité, l'impression d'une expérience ineffable et d’union avec des principes divins ou supranormaux.

Cependant, rares sont les EMI qui associent tous ces éléments et on observe une certaine variation inter-individuelle. De plus, une part importante d'EMI comporte des sensations négatives et des fonctions cognitives diminuées. Enfin, des états d'EMI peuvent survenir en dehors de toute réelle imminence de la mort.

L’EMI est un problème-carrefour où se croisent les interprétations transcendantales ou spiritualistes, avec les interprétations physiologiques ou psychologiques.

D'autres expressions sont parfois utilisées, comme « expérience aux frontières de la mort », « expérience de mort approchée » (EMA), « expérience de mort-retour », ou l'expression anglaise : « near-death experience » (NDE).
 

2 - Expérience de mort imminente et expérience de mort partagée

Représentation du Paradis de Dante Alighieri par Gustave Doré
 

  • Les premiers témoignages contemporains
     

Après avoir repris conscience, certains patients font au Dr Moody un récit qui lui semble présenter des similitudes : décorporation, conviction d'être mort et cependant conscient mais dans un corps immatériel (ou corps astral), déplacement le long d'un tunnel, vision d'une lumière intense, rencontre avec des personnes décédées ou des « êtres de lumière », remémoration en accéléré de sa propre existence, prises de conscience, etc.

Dans la majorité des cas, l'expérience est jugée agréable et qualifiée de « lumineuse », avec une connotation mystique, au point que la personne éprouverait ensuite des difficultés pour revenir à la réalité matérielle du monde. 4 % des personnes décrivent cependant cette expérience comme effrayante ou désespérante. Certaines études menées dans des contextes différents contestent ce constat et montrent une grande variation du sentiment agréable/désagréable en fonction du milieu culturel et religieux.
 

  • L'expérience type selon Moody
     

L'expérience « modèle » de mort imminente, selon Raymond Moody, se présente ainsi :

« Voici donc un homme qui meurt, et, tandis qu’il atteint le paroxysme de la détresse physique, il entend le médecin constater son décès. Il commence alors à percevoir un bruit désagréable, comme un fort timbre de sonnerie ou un bourdonnement, et dans le même temps il se sent emporté avec une grande rapidité à travers un obscur et long tunnel. Après quoi il se retrouve soudain hors de son corps physique, sans quitter toutefois son environnement immédiat ; il aperçoit son propre corps à distance, comme en spectateur. Il observe de ce point de vue privilégié les tentatives de réanimation dont son corps fait l’objet (...) Bientôt, d’autres événements se produisent : d’autres êtres s’avancent à sa rencontre, paraissant vouloir lui venir en aide ; il entrevoit les esprits de parents et d’amis décédés avant lui (...) Mais il constate alors qu’il lui faut revenir en arrière, que le temps de mourir n’est pas encore venu pour lui. À cet instant, il résiste, car il est désormais subjugué par le flux des événements de l’après vie et ne souhaite pas ce retour (...) Par la suite, lorsqu’il tente d’expliquer à son entourage ce qu’il a éprouvé entre temps, il se heurte à différents obstacles. En premier lieu, il ne parvient pas à trouver des paroles humaines capables de décrire de façon adéquate cet épisode supraterrestre (...) Pourtant cette expérience marque profondément sa vie et bouleverse notamment toutes les idées qu’il s’était faites jusque là à propos de la mort et de ses rapports avec la vie. »

— Raymond Moody, La vie après la vie, 1977, trad., Editions Robert Laffont, pp. 35 à 37.
 

  • Les quinze traits communs de l'expérience de mort imminente selon le point de vue du patient (Moody)

 

  

1) l'incommunicabilité

« Je ne trouve pas de mots »

2) l'audition du verdict

« J'ai entendu une voix de femme qui demandait : « Est-ce qu'il est mort ? » »

3) les sentiments de calme et de paix

« Je ne ressentais absolument rien, si ce n'est paix, réconfort »

4) les bruits

« J'entendais quelque chose qui ressemblait à un tintement de cloches dans le lointain »

5) le tunnel obscur

« Après, me voilà comme entraîné dans ce long couloir sombre »

6) la décorporation

« Je me retrouvai en train de flotter à peu près à un mètre cinquante au-dessus du sol »

7) le contact avec d'autres

« Je me suis aperçue de la présence d'un tas de monde, tous des gens que j'avais connus autrefois et qui étaient passés dans l'autre monde »

8) l'être de lumière

« C'est alors qu'est intervenue cette lumière brillante »

9) le panorama de la vie

« Des retours en arrière ont commencé, je me retrouvais toute petite et, à partir de là, je me suis mise à avancer à travers les premiers temps de mon existence, année après année, jusqu'au moment présent »

10) la frontière ou limite

« Des paroles me sont venues à l'esprit : 'Veux-tu mourir ? »

11) le retour

« Je me sentais un devoir envers les miens, alors j'ai pris la décision de revenir »

12) le problème du témoignage

 

13) les répercussions sur la conduite de vie

« Leur vie avait gagné en profondeur », « Réfléchir sur des problèmes philosophiques », « J'avais brusquement mûri », « [avant] j'agissais sous le coup d'impulsions ; maintenant je réfléchis ... tout passe par ma conscience », « J'ai été plus consciente de posséder un esprit qu'avant de posséder un corps », « Depuis lors, on m'a souvent fait remarquer que je produisais un effet calmant sur les gens », « Presque tous les témoignages mettent l'accent sur l'amour du prochain, unique et profond », « En outre ... importance de la recherche de la connaissance »

14) les nouvelles perspectives sur la mort

 

15) les confirmations.

 

 

  • Le concept de « mort partagée »
     

Il existe aussi ce que Raymond Moody appelle les « expériences de mort partagée » dans son dernier ouvrage intitulé Témoins de la vie après la vie..

Les expériences de mort partagée ressemblent aux expériences de mort imminente (décorporation, vision autoscopique, lumière mystique, sentiment exacerbé de bien-être, d’amour et de paix, etc.) à un détail près : elles sont vécues par des gens en bonne santé, physique et psychologique mais qui se manifestent au moment du décès d’un proche. Ils se tiennent près du corps et se sentent transportés ailleurs, comme échappés de leur propre corps, immergés dans une intense lumière et « participent » dans la paix et l’amour au départ du proche (ou du patient) après avoir généralement visualisé à ses côtés le film de sa vie.

Voici comment est exposé dans Témoins de la vie après la vie le récit modèle d’une telle expérience :

« Une femme appelée Jane est assise auprès de son mari, en phase terminale d’un cancer, après trente ans de vie commune. Il a perdu conscience et, d’après le médecin qui le soigne, sa mort est imminente. (…) Tandis qu’elle le regarde, une brume blanche s’élève et se dissipe dans l’air au-dessus de lui. (…) Soudain, la chambre s’éclaire et s’emplit d’une lumière blanche dans laquelle dansent des particules. Jane, qui se sent un peu étourdie, comprend tout à coup qu’elle a quitté son corps et qu’elle flotte non loin du plafond de la chambre. Elle se voit en bas, assise auprès du cadavre de son mari, ce qui lui parait bizarre car elle le sent en même temps non loin d’elle. Elle tourne la tête et le voit qui lui sourit (…). Le couple continue à planer tandis que des scènes de leur vie surgissent autour d’eux. Ils voyagent dans leur passé en voyant défiler ces fragments dont certains se présentent de façon panoramique ; (…). Parmi ces scènes, se trouvent des séquences dont Jane ne fait pas partie, des scènes de la vie de son mari. (…) Ensemble, ils se déplacent vers un coin de la chambre qui n’est plus à angle droit. Toute la pièce a changé de forme et semble continuer à se transformer (…). C’est peut-être dû à cette ouverture, à ce tube qui semble se dilater près du plafond, comme une porte vers un ailleurs. Jane et son mari y pénètrent (…) [et] débouchent dans un paysage édénique. Autour d’eux, tout n’est que beauté. (…) Jane et son mari marchent sur un sentier qui descend vers un cours d’eau. Comme ils s’en approchent, Jane se rend compte qu’elle ne peut pas aller plus loin. (…) Elle est heureuse pour son mari qui ne souffre plus et n’a plus de corps mortel. Elle prend congé de lui et, en un éclair, se retrouve dans son corps de chair et d’os, assise auprès de celui, inerte, de son mari (…) »
 

  • Sept caractéristiques selon Moody
     

Plus succinctement, Raymond Moody analyse sept éléments constitutifs de ce phénomène :

  1. « Le changement de géométrie » : la pièce semble « se muer » en quelque chose d’autre, elle « s’étire et s’effondre en même temps, [dessinant comme] une géométrie alternative » dit un expérienceur mathématicien .
     
  2. « Une immersion dans une lumière mystique » : source de pureté, d’amour, de paix.
     
  3. « Une musique et des sons musicaux » accompagnent l’expérience.
     
  4. « Décorporation » de l’expérienceur et de la personne décédée.
     
  5. Ils revivent ensemble « le film du passé » du défunt : « Je me tenais devant ce qui ressemblait à un vaste écran avec mon mari qui venait de mourir et nous regardions sa vie se dérouler sous nos yeux. Certaines des choses que j’ai vues, je les ignorais complètement jusqu'alors »
     
  6. « Découverte d’un paysage irréel ou édénique »
     
  7. « La brume au moment de la mort » : celle-ci correspond à une espèce de fumée blanche qui s’échappe du corps défunt et prend parfois une forme humaine.

Dans son livre Glimpses of Eternity, an investigation into shared death experiences coécrit avec Paul Perry et publié en 2010, Moody propose que les neurones miroirs du système empathique pourrait contenir la clé pour expliquer le mécanisme de transmission de l'expérience de mort partagée. Les neurones miroirs joueraient un rôle dans la cognition sociale, notamment dans les processus affectifs, tels que l'empathie.

À plus long terme, on note fréquemment un développement de l'empathie, la remise en cause des priorités et la modification du mode de vie.

Quelques Répercussions sur la conduite de la vie (p. 102-107) :

  • « Leur vie avait gagné en profondeur »,
  • « Réfléchir sur des problèmes philosophiques »,
  • « J'avais brusquement mûri »,
  • « [avant] j'agissais sous le coup d'impulsions ; maintenant je réfléchis ... tout passe par ma conscience »,
  • « J'ai été plus consciente de posséder un esprit qu'avant de posséder un corps »,
  • « Depuis lors, on m'a souvent fait remarquer que je produisais un effet calmant sur les gens »,
  • « Presque tous les témoignages mettent l'accent sur l'amour du prochain, unique et profond »,
  • « En outre ... importance de la recherche de la connaissance »,

« En aucun cas elle ne leur a inspiré l'idée d'un salut instantané ou d'une infaillibilité morale ».


​POINT IMPORTANT POUR LES PERSONNES PROCHES accompagnant un mourant ou une personne en E.M.I :

Ce que l’on oublie lors de ces périodes difficiles c’est que la personne en stade d’E.M.I. ou sur le point de partir rejoindre l’au-delà entend, voit tout ce qui se passe. Elle est témoin de votre chagrin, votre peine, votre douleur.

Il est donc nécessaire à ce moment là d’être vraiment un accompagnateur bienveillant et de permettre à ces personnes de partir ou voyager dans la paix, l’amour et la lumière.

La mort n’est que la vie après la vie, alors balayez vos peurs !

Je vous mets ci-dessous des vidéos que j’ai moi-même visionnées et qui vous permettront de comprendre ce processus nécessaire à notre délivrance, que ce soit avec ou sans retour.


VIDEOS SUR LES E.M.I. POSITIVES

 

 

 


VIDEOS SUR LES EMI NEGATIVES

La plupart des témoignages sont plutôt positifs mais n’oublions pas que selon ce que nous avons vécu pendant toute notre vie terrestre, le départ ou l’E.M.I. peut être bcp plus douloureux, voir ténébreux. Cette vidéo est un bon condensé sur ce que sont les E.M.I. Négatives.

 

Lire la suite