expérience de mort imminente

  • Conférence "Expérience de Mort Imminente (E.M.I.)" - Tony Porcu

    Tamlgnodtct t1

    Je suis allée Jeudi soir à une conférence traitant de l’E.M.I. (expérience de mort imminente) organisé par Anne Volle de l'association AZA54 et animée par TONY PORCU, magnétiseur énergéticien – Canal Ethérique et voici un "petit" topo de cette conférence. 

    Après les présentations faites, cette conférence a débuté par un témoignage d’une connaissance de Tony qui relate son expérience d’E.M.I. et à ma grande surprise, elle ne parle pas d’une E.M.I comme on aurait pu s’attendre, c’est-à-dire vraiment suite à une mort clinique ou d’un coma avancé mais d’une E.M.I. vécue lors d’un sommeil profond. Ce témoignage a réveillé en moi un souvenir ancré qui ressemblait presque à tous points à ce que je venais d’entendre.

    Voici mon témoignage que j’ai pu vivre en 1997, enceinte de 7 mois.

    « Pendant cette période, il faut savoir que j’étais quelqu’un de complètement fermée à la spiritualité ou du moins j’avais claqué la porte de cette voie là par peur en 1994 et je recommençais à vivre beaucoup de voyages astraux, des sorties de corps non contrôlés et pas toujours très agréables. Ces voyages astraux pourraient être comparés à une E.M.I. à la seule différence que ce qui arrive se passe pendant notre sommeil profond et non pendant une mort clinique.

    Cette nuit là, bloquée dans mon lit, j’ouvre les yeux et dans un sentiment de bien être profond, d’amour et de chaleur je découvre au pied de mon lit une silhouette flottante recouverte d'une cape d'un blanc immaculé. Cette silhouette tenait une lanterne de la même intensité. Impossible de voir son visage, mais aucune peur de ma part. Je l'ai observé pendant un temps. Je n’ai jamais su qui il était mais je reste persuadée qu’il est venu là pour me rassurer, me montrer son existence pour me permettre de m’ouvrir à nouveau. Tout comme les multiples témoignages, cette rencontre ne m’a pas laissée indifférente. Ma vie m’a mise face à moi-même, face à l’être que j’étais à l’intérieur de moi et c’est là que j’ai décidé de saisir cette seconde chance qui est survenue bien plus tard lors d’un événement douloureux de ma vie. Depuis, comme beaucoup d'expérienceurs témoignent,  le sens de ma vie a complètement changé en me rapprochant de plus en plus vers ce qu'une vie devrait être : une vie emplie d’amour inconditionnel et tout ce qui en découle. »

    Voyons maintenant concrètement, de quoi on parle lorsque l’on parle d’E.M.I

    Pour plus de précisions, j’ai été cherché sur Wikipédia des explications qui sont en tous points ce qui a été relaté lors de la conférence.
     

    1 - Qu’est ce qu’une E.M.I. ?

    Expérience de mort imminente (EMI) est une expression désignant un ensemble de « visions » et de « sensations » consécutives à une mort clinique ou à un coma avancé.

    Ces expériences correspondent à une caractérisation récurrente et spécifique contenant notamment : la décorporation, la vision complète de sa propre existence, la vision d’un tunnel, la rencontre avec des entités spirituelles, la vision d’une lumière, un sentiment d'amour infini, de paix et de tranquillité, l'impression d'une expérience ineffable et d’union avec des principes divins ou supranormaux.

    Cependant, rares sont les EMI qui associent tous ces éléments et on observe une certaine variation inter-individuelle. De plus, une part importante d'EMI comporte des sensations négatives et des fonctions cognitives diminuées. Enfin, des états d'EMI peuvent survenir en dehors de toute réelle imminence de la mort.

    L’EMI est un problème-carrefour où se croisent les interprétations transcendantales ou spiritualistes, avec les interprétations physiologiques ou psychologiques.

    D'autres expressions sont parfois utilisées, comme « expérience aux frontières de la mort », « expérience de mort approchée » (EMA), « expérience de mort-retour », ou l'expression anglaise : « near-death experience » (NDE).
     

    2 - Expérience de mort imminente et expérience de mort partagée

    Représentation du Paradis de Dante Alighieri par Gustave Doré
     

    • Les premiers témoignages contemporains
       

    Après avoir repris conscience, certains patients font au Dr Moody un récit qui lui semble présenter des similitudes : décorporation, conviction d'être mort et cependant conscient mais dans un corps immatériel (ou corps astral), déplacement le long d'un tunnel, vision d'une lumière intense, rencontre avec des personnes décédées ou des « êtres de lumière », remémoration en accéléré de sa propre existence, prises de conscience, etc.

    Dans la majorité des cas, l'expérience est jugée agréable et qualifiée de « lumineuse », avec une connotation mystique, au point que la personne éprouverait ensuite des difficultés pour revenir à la réalité matérielle du monde. 4 % des personnes décrivent cependant cette expérience comme effrayante ou désespérante. Certaines études menées dans des contextes différents contestent ce constat et montrent une grande variation du sentiment agréable/désagréable en fonction du milieu culturel et religieux.
     

    • L'expérience type selon Moody
       

    L'expérience « modèle » de mort imminente, selon Raymond Moody, se présente ainsi :

    « Voici donc un homme qui meurt, et, tandis qu’il atteint le paroxysme de la détresse physique, il entend le médecin constater son décès. Il commence alors à percevoir un bruit désagréable, comme un fort timbre de sonnerie ou un bourdonnement, et dans le même temps il se sent emporté avec une grande rapidité à travers un obscur et long tunnel. Après quoi il se retrouve soudain hors de son corps physique, sans quitter toutefois son environnement immédiat ; il aperçoit son propre corps à distance, comme en spectateur. Il observe de ce point de vue privilégié les tentatives de réanimation dont son corps fait l’objet (...) Bientôt, d’autres événements se produisent : d’autres êtres s’avancent à sa rencontre, paraissant vouloir lui venir en aide ; il entrevoit les esprits de parents et d’amis décédés avant lui (...) Mais il constate alors qu’il lui faut revenir en arrière, que le temps de mourir n’est pas encore venu pour lui. À cet instant, il résiste, car il est désormais subjugué par le flux des événements de l’après vie et ne souhaite pas ce retour (...) Par la suite, lorsqu’il tente d’expliquer à son entourage ce qu’il a éprouvé entre temps, il se heurte à différents obstacles. En premier lieu, il ne parvient pas à trouver des paroles humaines capables de décrire de façon adéquate cet épisode supraterrestre (...) Pourtant cette expérience marque profondément sa vie et bouleverse notamment toutes les idées qu’il s’était faites jusque là à propos de la mort et de ses rapports avec la vie. »

    — Raymond Moody, La vie après la vie, 1977, trad., Editions Robert Laffont, pp. 35 à 37.
     

    • Les quinze traits communs de l'expérience de mort imminente selon le point de vue du patient (Moody)

      

    1) l'incommunicabilité

    « Je ne trouve pas de mots »

    2) l'audition du verdict

    « J'ai entendu une voix de femme qui demandait : « Est-ce qu'il est mort ? » »

    3) les sentiments de calme et de paix

    « Je ne ressentais absolument rien, si ce n'est paix, réconfort »

    4) les bruits

    « J'entendais quelque chose qui ressemblait à un tintement de cloches dans le lointain »

    5) le tunnel obscur

    « Après, me voilà comme entraîné dans ce long couloir sombre »

    6) la décorporation

    « Je me retrouvai en train de flotter à peu près à un mètre cinquante au-dessus du sol »

    7) le contact avec d'autres

    « Je me suis aperçue de la présence d'un tas de monde, tous des gens que j'avais connus autrefois et qui étaient passés dans l'autre monde »

    8) l'être de lumière

    « C'est alors qu'est intervenue cette lumière brillante »

    9) le panorama de la vie

    « Des retours en arrière ont commencé, je me retrouvais toute petite et, à partir de là, je me suis mise à avancer à travers les premiers temps de mon existence, année après année, jusqu'au moment présent »

    10) la frontière ou limite

    « Des paroles me sont venues à l'esprit : 'Veux-tu mourir ? »

    11) le retour

    « Je me sentais un devoir envers les miens, alors j'ai pris la décision de revenir »

    12) le problème du témoignage

    13) les répercussions sur la conduite de vie

    « Leur vie avait gagné en profondeur », « Réfléchir sur des problèmes philosophiques », « J'avais brusquement mûri », « [avant] j'agissais sous le coup d'impulsions ; maintenant je réfléchis ... tout passe par ma conscience », « J'ai été plus consciente de posséder un esprit qu'avant de posséder un corps », « Depuis lors, on m'a souvent fait remarquer que je produisais un effet calmant sur les gens », « Presque tous les témoignages mettent l'accent sur l'amour du prochain, unique et profond », « En outre ... importance de la recherche de la connaissance »

    14) les nouvelles perspectives sur la mort

    15) les confirmations.

    • Le concept de « mort partagée »
       

    Il existe aussi ce que Raymond Moody appelle les « expériences de mort partagée » dans son dernier ouvrage intitulé Témoins de la vie après la vie..

    Les expériences de mort partagée ressemblent aux expériences de mort imminente (décorporation, vision autoscopique, lumière mystique, sentiment exacerbé de bien-être, d’amour et de paix, etc.) à un détail près : elles sont vécues par des gens en bonne santé, physique et psychologique mais qui se manifestent au moment du décès d’un proche. Ils se tiennent près du corps et se sentent transportés ailleurs, comme échappés de leur propre corps, immergés dans une intense lumière et « participent » dans la paix et l’amour au départ du proche (ou du patient) après avoir généralement visualisé à ses côtés le film de sa vie.

    Voici comment est exposé dans Témoins de la vie après la vie le récit modèle d’une telle expérience :

    « Une femme appelée Jane est assise auprès de son mari, en phase terminale d’un cancer, après trente ans de vie commune. Il a perdu conscience et, d’après le médecin qui le soigne, sa mort est imminente. (…) Tandis qu’elle le regarde, une brume blanche s’élève et se dissipe dans l’air au-dessus de lui. (…) Soudain, la chambre s’éclaire et s’emplit d’une lumière blanche dans laquelle dansent des particules. Jane, qui se sent un peu étourdie, comprend tout à coup qu’elle a quitté son corps et qu’elle flotte non loin du plafond de la chambre. Elle se voit en bas, assise auprès du cadavre de son mari, ce qui lui parait bizarre car elle le sent en même temps non loin d’elle. Elle tourne la tête et le voit qui lui sourit (…). Le couple continue à planer tandis que des scènes de leur vie surgissent autour d’eux. Ils voyagent dans leur passé en voyant défiler ces fragments dont certains se présentent de façon panoramique ; (…). Parmi ces scènes, se trouvent des séquences dont Jane ne fait pas partie, des scènes de la vie de son mari. (…) Ensemble, ils se déplacent vers un coin de la chambre qui n’est plus à angle droit. Toute la pièce a changé de forme et semble continuer à se transformer (…). C’est peut-être dû à cette ouverture, à ce tube qui semble se dilater près du plafond, comme une porte vers un ailleurs. Jane et son mari y pénètrent (…) [et] débouchent dans un paysage édénique. Autour d’eux, tout n’est que beauté. (…) Jane et son mari marchent sur un sentier qui descend vers un cours d’eau. Comme ils s’en approchent, Jane se rend compte qu’elle ne peut pas aller plus loin. (…) Elle est heureuse pour son mari qui ne souffre plus et n’a plus de corps mortel. Elle prend congé de lui et, en un éclair, se retrouve dans son corps de chair et d’os, assise auprès de celui, inerte, de son mari (…) »
     

    • Sept caractéristiques selon Moody
       

    Plus succinctement, Raymond Moody analyse sept éléments constitutifs de ce phénomène :

    1. « Le changement de géométrie » : la pièce semble « se muer » en quelque chose d’autre, elle « s’étire et s’effondre en même temps, [dessinant comme] une géométrie alternative » dit un expérienceur mathématicien .
       
    2. « Une immersion dans une lumière mystique » : source de pureté, d’amour, de paix.
       
    3. « Une musique et des sons musicaux » accompagnent l’expérience.
       
    4. « Décorporation » de l’expérienceur et de la personne décédée.
       
    5. Ils revivent ensemble « le film du passé » du défunt : « Je me tenais devant ce qui ressemblait à un vaste écran avec mon mari qui venait de mourir et nous regardions sa vie se dérouler sous nos yeux. Certaines des choses que j’ai vues, je les ignorais complètement jusqu'alors »
       
    6. « Découverte d’un paysage irréel ou édénique »
       
    7. « La brume au moment de la mort » : celle-ci correspond à une espèce de fumée blanche qui s’échappe du corps défunt et prend parfois une forme humaine.

    Dans son livre Glimpses of Eternity, an investigation into shared death experiences coécrit avec Paul Perry et publié en 2010, Moody propose que les neurones miroirs du système empathique pourrait contenir la clé pour expliquer le mécanisme de transmission de l'expérience de mort partagée. Les neurones miroirs joueraient un rôle dans la cognition sociale, notamment dans les processus affectifs, tels que l'empathie.

    À plus long terme, on note fréquemment un développement de l'empathie, la remise en cause des priorités et la modification du mode de vie.

    Quelques Répercussions sur la conduite de la vie (p. 102-107) :

    • « Leur vie avait gagné en profondeur »,
    • « Réfléchir sur des problèmes philosophiques »,
    • « J'avais brusquement mûri »,
    • « [avant] j'agissais sous le coup d'impulsions ; maintenant je réfléchis ... tout passe par ma conscience »,
    • « J'ai été plus consciente de posséder un esprit qu'avant de posséder un corps »,
    • « Depuis lors, on m'a souvent fait remarquer que je produisais un effet calmant sur les gens »,
    • « Presque tous les témoignages mettent l'accent sur l'amour du prochain, unique et profond »,
    • « En outre ... importance de la recherche de la connaissance »,

    « En aucun cas elle ne leur a inspiré l'idée d'un salut instantané ou d'une infaillibilité morale ».


    ​POINT IMPORTANT POUR LES PERSONNES PROCHES accompagnant un mourant ou une personne en E.M.I :

    Ce que l’on oublie lors de ces périodes difficiles c’est que la personne en stade d’E.M.I. ou sur le point de partir rejoindre l’au-delà entend, voit tout ce qui se passe. Elle est témoin de votre chagrin, votre peine, votre douleur.

    Il est donc nécessaire à ce moment là d’être vraiment un accompagnateur bienveillant et de permettre à ces personnes de partir ou voyager dans la paix, l’amour et la lumière.

    La mort n’est que la vie après la vie, alors balayez vos peurs !

    Je vous mets ci-dessous des vidéos que j’ai moi-même visionnées et qui vous permettront de comprendre ce processus nécessaire à notre délivrance, que ce soit avec ou sans retour.


    VIDEOS SUR LES E.M.I. POSITIVES

    Lire la suite