nature

  • Les médecins expliquent comment la randonnée change votre cerveau

    Decouvrir randonnee 2 1100x611

    Bien qu’il puisse sembler évident qu’une bonne randonnée à travers une forêt ou une montagne peut purifier votre esprit, le corps et l’âme, la science est en train de découvrir que la randonnée peut réellement changer votre cerveau … pour le mieux !

    Ce médecin, et tant d’autres d’ailleurs, sont en accord avec le fait que la randonnée en nature sauvage et rustique est une thérapie à part entière pour l’esprit, l’âme et le corps.

    Voir plus : Les médecins nous expliquent à quel point la randonnée peut transformer notre cerveau

    « La paix de la nature va s’infiltrer en vous comme les rayons du soleil pénètrent les arbres. Le vent va vous insuffler sa fraîcheur, et les orages leur énergie, en même temps que les soucis tomberont comme les feuilles d’automne », a écrit John Muir dans Our National Parks. De toute évidence, John Muir comprenait la valeur fondamentale de passer du temps dans la nature.

    Comme John Muir, nous sommes nombreux à reconnaître que randonner dans la nature est bon pour le corps, l’esprit et l’âme. Marcher dans les bois tout en observant les oiseaux et les feuillages colorés, en humant l’arôme des épicéas et des pins, et en écoutant le murmure apaisant d’un cours d’eau, tout cela dégage notre esprit et nous nous sentons bien. Heureusement, les médecins sont d’accord. Les études successives montrent que passer du temps à randonner dans la nature procure de multiples avantages pour la santé mentale.

    La randonnée dans la nature réduit la rumination

    Ceux qui ruminent ou se concentrent sur trop de pensées négatives sur eux-mêmes peuvent présenter de l’anxiété, la dépression et d’autres problèmes tels que des crises de boulimie ou un trouble de stress post-traumatique. Dans une étude récente, les chercheurs ont voulu savoir si passer du temps dans la nature affecte la rumination et ils ont constaté qu’une excursion dans la nature diminue ces pensées négatives obsessionnelles.

    Dans cette étude, les chercheurs ont comparé la rumination signalée par des participants qui ont fait une randonnée dans un environnement urbain ou dans la nature.  Ils ont trouvé que ceux qui avaient marché pendant 90 minutes dans la nature, un environnement de prairies près de l’Université de Stanford, ont signalé moins de rumination et avaient également réduit l’activité neuronale dans le cortex préfrontal subgenual, qui est associée à la maladie mentale. Ceux qui avaient marché dans un environnement urbain n’avaient pas éprouvé les mêmes bienfaits.

    Ces chercheurs expliquent que notre monde devient de plus en plus urbain et que l’urbanisation est liée à la dépression et d’autres formes de maladie mentale. Visiblement, nous éloigner d’un environnement urbain et passer du temps à l’extérieur où il y a moins de stress mental, moins de bruit et moins de distractions peuvent être bénéfiques pour notre santé mentale.

    La randonnée en se déconnectant de la technologie stimule la résolution créative de problèmes

    Selon une étude de Ruth Ann Atchley et David L. Strayer, la résolution créative de problèmes peut être améliorée en se déconnectant de la technologie et en renouant avec la nature. Dans cette étude, les participants ont randonné dans la nature pendant environ quatre jours et ils n’étaient pas autorisés à utiliser la technologie. On leur a demandé d’effectuer des tâches exigeant de la créativité et la résolution de problèmes complexes. Ils ont constaté que les participants immergés dans la nature avaient des performances accrues de 50 % dans les tâches de résolution de problèmes.

    Les chercheurs indiquent que la technologie et le bruit des zones urbaines accapare sans cesse notre attention et nous empêche de nous concentrer, ce qui affecte nos fonctions cognitives. C’est pourquoi lorsque nous nous sentons submergés par les contraintes de la vie urbaine et les connexions 24 /7, les balades dans la nature peuvent être une puissante médecine.  Elles réduisent notre fatigue mentale, apaisent notre esprit et nous aident à penser de façon créative.

    Elles peuvent améliorer le TDAH chez les enfants

    Les enfants souffrant de TDAH ont généralement du mal à rester concentrés, sont facilement distraits, présentent des troubles d’hyperactivité et ont de la difficulté à maîtriser leurs impulsions.

    Cela peut être déconcertant parfois d’élever des enfants souffrant de ce trouble. Néanmoins, de belles nouvelles sont venues du monde médical et scientifique. Dans une étude menée par Frances E. Kuo, PhD et Andrea Faber Taylor, PhD, les chercheurs ont constaté que l’exposition de ces enfants à des « activités de plein air et dans la nature » réduisait leurs symptômes.  Ainsi, selon cette étude, les bénéfices de l’exposition à la nature peuvent s’étendre à toute personne ayant les symptômes d’inattention et d’impulsivité.

    Les médecins concluent que de simples changements impliquant des activités dans la nature peuvent améliorer l’attention. Par exemple, même s’asseoir plus longtemps devant une fenêtre ouvrant sur un paysage de verdure, participer à une après-midi de balade dans la nature ou simplement jouer au ballon dans le parc peuvent soulager les symptômes du TDAH.

    La randonnée dans la nature est un excellent exercice, qui stimule l’intelligence

    Nous avons tous entendu l’expression un esprit sain dans un corps sain. La randonnée dans la nature est une excellente forme d’exercice et cela peut brûler entre 400 et 700 calories en une heure, selon la difficulté de la marche. L’avantage supplémentaire est que la randonnée n’est pas aussi contraignante pour nos articulations que d’autres formes d’exercice comme la course. De plus, il est avéré que ceux qui font de l’exercice à l’extérieur sont plus susceptibles de se tenir à leurs programmes d’exercice, ce qui rend la randonnée un excellent choix pour ceux qui envisagent d’intégrer l’exercice dans leur vie quotidienne.

    L’esprit et le corps sont naturellement reliés. L’exercice aide à maintenir les cellules de notre cerveau nourries et en bonne santé. En fait, selon les chercheurs de l’Université de Colombie Britannique, l’exercice en plein-air peut même améliorer la mémoire et les capacités cognitives. Dans l’étude, ils ont trouvé que l’exercice en plein air augmente le volume de l’hippocampe chez les femmes âgées. L’hippocampe est une partie du cerveau associée à la mémoire spatiale et épisodique.

    Non seulement l’exercice améliore la capacité cognitive et peut prévenir son déclin, comme montré dans l’étude, mais il peut également réduire le stress et l’anxiété, stimuler l’estime de soi, et libérer des endorphines (les hormones du bien-être). Il est étonnant qu’une activité physique aussi simple et bon marché que la randonnée puisse procurer tant de bienfaits pour la santé mentale.

    La randonnée est maintenant prescrite par les médecins

    Est-ce que votre médecin vous a déjà dit de « faire une randonnée » ? Ce n’est pas une phrase que nous voulons spécialement entendre, surtout de la part de notre médecin, mais ils ont en fait notre bien-être à l’esprit. Les médecins progressistes sont maintenant conscients que les gens qui passent du temps dans la nature souffrent moins de stress et jouissent d’une meilleure santé physique.

    Selon WebMD, de plus en plus de médecins écrivent « des ordonnances de nature » ou recommandent « l’écothérapie » pour réduire l’anxiété, améliorer les niveaux de stress et pour lutter contre la dépression. De plus, les prescriptions de nature deviennent mieux acceptées par les fournisseurs traditionnels de santé car de plus en plus de recherches montrent les bienfaits de l’exercice et du temps passé dans la nature.

    L’Etat de Californie est traditionnellement l’un des Etats les plus progressistes dans le domaine de la santé alternative. A titre d’exemple, l’Institute at the Golden Gate a mené un combat pour promouvoir l’écothérapie grâce à son initiative « Healthy Parks Healthy People (HPHP) ». Dans ce programme, des organisations associatives travaillent avec les professionnels de santé pour améliorer la santé de leurs parcs, et pour promouvoir l’utilisation des parcs en tant que moyen de regagner la santé pour les personnes qui y viennent.

    Comment commencer à faire de la randonnée ?

    Faites ce que vous avez à faire jusqu’à ce que vous puissiez faire ce que vous voulez faire

    Heureusement, la randonnée est l’un des sports les plus faciles et les moins chers, et c’est amusant et bénéfique pour toute la famille. Si vous êtes juste un débutant, n’envisagez pas l’ascension du Mont-Blanc ou le GR20 en Corse. Vous pouvez commencer par des petites marches. Découvrez les sentiers locaux de petite randonnée et assurez-vous d’entreprendre une distance sûre et confortable. Vous pouvez trouver des guides de randonnée par régions, ou en ligne, et il existe des applications smartphone pour vous aider à trouver les meilleurs sentiers pour votre niveau et vos intérêts.

    Assurez-vous de porter des chaussures de randonnée robustes et appropriées pour le terrain. Lorsque vous les choisissez, n’hésitez pas à parcourir le magasin de long en large plusieurs fois afin d’éviter que les chaussures vous blessent par la suite. Selon les goûts, vous pouvez envisager des bâtons de marche, qui pour certains réduisent le stress sur les genoux, augmentent la vitesse et améliorent la stabilité. Prévoyez autant de vêtements que nécessaire selon la météo, et portez des vêtements aérés en tissus qui laissent la transpiration s’évacuer et permettent de rester au chaud. Utilisez des lunettes de soleil et un chapeau pour vous protéger du soleil. Restez hydraté et amusez-vous !


    L’étude : étude  publiée dansProceedings of the National Academy of Sciences

    Sources : lifehack.org

     

  • Les Secrets de l’énergie des arbres

    Tree4

    Savez vous que l’on peut se connecter à un arbre ?

    La sylvothérapie est une pratique ancienne venue du Japon pour diminuer le stress et l’anxiété par la proximité ou le contact des arbres.

    En parallèle de ces propriétés apaisantes, il est possible de se « connecter » à un arbre pour recevoir de lui de l’énergie !

    Lorsque je me promène en forêt, il m’arrive parfois de me « recharger » en entourant un grand arbre avec mes bras.

    Je choisis un bel arbre, qui m’attire et avec lequel j’ai envie d’entrer en contact
    Je l’entoure, et me place mentalement en état d’accueil
    une communication se crée.. nous entrons en résonance..
    Il me donne de l’énergie vitale… c’est un moment fort de communion.

    Tout le monde peut il le faire ?

    La réponse est OUI !

    Voici comment se connecter à un arbre :

    Allez vous promener en forêt, de préférence seul
    Choisissez un bel arbre, une confiance doit s’établir à la vue de l’arbre choisi
    Approchez vous vers son tronc et avant de le toucher demandez mentalement à l’arbre
    de vous aider.
    Placez vos mains dessus, votre front peut aussi faire contact avec l’écorce
    Il n’est pas nécessaire d’entourer l’arbre, placez simplement vos mains en contact dessus
    Fermez les yeux, faites le vide dans votre esprit, relaxez vous, écoutez les bruits subtils de la nature.
    Rester ainsi ( entre quelques secondes et 2mn) puis remerciez l’arbre et reprenez votre marche en forêt, si possible en conscience. (La marche consciente est également très bénéfique et permet d’augmenter votre niveau vibratoire.)

    Les arbres sont des capteurs naturels d’énergies cosmo-telluriques :

    – Énergie cosmique, captée par les branches

    – Énergie tellurique, captée par les racines

    L’arbre agit donc comme un lien entre la terre et le ciel.
    Lorsque l’on entre en contact avec un arbre, c’est le même principe que la radiesthésie, il s’établit une connexion entre vous et l’arbre, grâce à l’énergie de la nature.

    Les humains sont aussi des capteurs d’énergie, placé comme les arbres entre le sol et le ciel nous sommes baignés en continu par des courants cosmiques et telluriques qui nous traversent et permettent la communication entre notre esprit et la matière.

    Attention :
    Ne choisissez pas un arbre malade, car, ayant besoin d’énergie, il prendrai la votre, et cela vous fatiguerai au lieu de vous donner de l’énergie.


    Voir aussi : La science prouve qu’étreindre des arbres est bon pour la santé

    (Source : a été publiée dans énergies par Argos)

    Source :  http://www.reikiland.info/blog/

  • Le chamanisme et le pouvoir l’amour

    17156317 933373300130549 7442206820670207490 n

    Article posté par Vanessa dans mon groupe "Guidances et Soins énergétiques"


    Depuis la nuit des temps la vie se construit autour de l’amour, de ce grand mystère qui fait qu’il nous porte et nous donne des ailes…
    Si tu aimes la nature, regarde-la, respecte-la, ne lui arrache pas ses progéniture, ne construis pas d’immeubles qui vont la détruire. Respire-la, ressens-la, et tu vas voir comment elle te parle, comment elle t’enseigne l’amour.

    Amour. Ce mot signifie la réunification des âmes qui permet d’inspirer l’énergie la plus puissante qui existe dans ce monde. Pour les plupart des gens c’est quelque chose d’inexplicable, mais la biologie nous dit que ce sont des odeurs et des hormones qui nous attirent vers telle ou telle personne.
    C’est l’harmonie du monde visible et invisible. Nous ne pouvons pas exister sans amour, sans appartenance, sans contenu dans ce monde qui est en perpétuelle accélération et en changement permanent dans notre siècle. Quand on aime la vie, la vie nous donne ce qu’on aime et c’est juste un bel exemple de reconnaissance.
    C’est un tout, le besoin d’exister, le besoin de donner, le besoin de partager, le besoin de créer, le besoin d’appartenir, le besoin de vivre sa vie.
    C’est aussi le témoignage le plus profond des sentiments qu’on peut transmettre à l’univers.
    Ce que j’apprécie dans l’amour, c’est comment il peut créer une bulle de sécurité, comment il permet, avec tant de passion, de donner et recevoir. C’est un moteur : je suis convaincue que dans chaque individu sur cette planète se trouve la bienveillance qui permet de faire surgir l’amour en nous. L’être humain est capable de détruire et de se détruire ; Mais au moment où il décide d’ouvrir suffisamment son cœur, le monde lui devient accessible, parsemé de joie et de bonheur.

    Je me rappelle d’une amie qui avait une grave maladie et était désespérée, mais elle n’a pas jeté la vie, elle s’y est accrochée de toutes ses forces. Elle venait me voir quand elle était bouleversée, et demandait mon aide. À l’époque, j’étais dans la vingtaine, je ne me fiais qu’à mes ressentis et à mes intuitions, alors je lui ai dit que je n’étais pas médecin et je lui ai témoigné ma compassion. La réalité était que je manquais de confiance en moi.
    Mais un jour, à la nuit tombée, je me préparais à aller dormir quand je vis dans ma chambre trois personnes qui me parlaient et me dirent : « Aide-la si c’est ce que tu désires ; ceci dit, ne force pas le passage. » J’étais stupéfaite de ce qu’elles me disaient ; alors je me suis levée et je suis partie chez mon amie qui était toujours aussi mal en point. Je lui ai dit : « Je ne te promets rien, mais je vais t’aider. »

    Alors j’ai fait ce que j’ai toujours su faire, j’ai posé mes mains sur sa poitrine et j’ai concentré toute ma force intérieure pour que son affection disparaisse. Je suis restée un bon moment jusqu’à ce que je sente dans mes paumes des picotements et des brûlures. Instinctivement, je tournai mes mains vers la terre pour les nettoyer.
    Je me suis sentie comme apaisée après cette séance, comme si j’avais fait ce que je devais faire. Mais je n’avais jamais rien lu pour guérir une maladie et je ne savais pas non plus comment il fallait s’y prendre. C’est venu spontanément sans que je cherche à raisonner. Trois semaines passèrent, quand elle m’appela pour dire qu’elle se sentait en une voie d’une guérison que les analyses confirmèrent un peu plus tard. J’aimais bien cette fille, je portais dans mon cœur son amour et son amitié. Un an après sa guérison, elle a perdu la vie dans un accident.

    Ce que j’ignorais à cette ’époque, et que je sais avec humilité aujourd’hui, est que j’ai alors reçu un enseignement des Grands-Pères sur les niveaux de guérison. Je témoigne mon éternelle reconnaissance à ces Grands-Pères.
    L’amour est simple, son chemin n’est pas jonché des complications, mais la plupart d’entre nous rajoutent leurs peurs, leurs blessures et ils transforment leurs vies en véritable calvaire.
    Pour être en amour, nous devons être ancrés dans la Terre, pour bien retrouver nos racines et ne pas nier d’où l’on vient, qui nous sommes, et accepter nos imperfections, nos faiblesses, sans pour autant nous culpabiliser.
    Plus nous sommes en harmonie à l’intérieur de nous-mêmes, plus nous allons générer de l’harmonie autour de nous. Car cet amour nous fait grandir et nous rend forts et indépendants. En étant indépendants, nous avons le pouvoir sur nous-mêmes et sur nos actions.
    C’est comme un aimant qui nous influence dans des sens différents suivant son orientation : soit nous nous libérons et nous nous sentons de plus en plus libre en-dedans et avec les autres, soit il arrive le contraire, et nous nous emprisonnons et nous nous séparons de plus en plus.

    Dans ses cérémonies, le chaman est profondément présent dans son corps et son cœur ; il fait le lien entre le monde visible et le monde invisible. Il est habité par la bienveillance qui le propulse avec force vers l’univers pour pouvoir mieux ressentir les signes des maux et des mots.
    Plus il affine son attention, plus il amplifie l’amour en lui-même, en conscience.
    Lorsque nous venons sur cette Terre nous sommes déjà en amour, et petit à petit nous perdons notre spontanéité : les humains ont cette profonde conviction que tout doit changer, donc ils essayent sans cesse de changer les autres.
    Est-ce qu’on a envie de changer un arbre, une fleur, un animal ? Est-ce qu’on n’est pas déjà bien heureux d’admirer ce monde avec ses admirables créatures ?
    Pourquoi dépenser tant d’énergie pour trouver le mieux ? Le mieux est déjà en nous, il suffit seulement d’aller le chercher à l’intérieur. Un nouveau-né ne nous demande que de l’aimer, alors comment se fait-il qu’il y ait tant de souffrances dans notre monde ?
    Nous ne sommes jamais vraiment satisfaits de ce qu’on nous a déjà donné, nous cherchons encore le mieux…

    Ce mieux ne s’obtient qu’en acceptant notre passé, dont notre présent résulte, en sachant que le présent n’existe pas réellement, il est juste une fraction de lumière qui traverse l’espace.
    Nous aimons, car c’est avec cet amour que nous avons été conçus, par deux humains en amour, en faisant l’amour, en donnant la vie à un autre en amour.
    Le travail du chaman, c’est justement l’ouverture du cœur ; en l’ouvrant nous respirons cet amour en nous. Le chaman doit transmettre dans ses paroles, dans ses actes, dans son regard, dans son attitude, pour pouvoir guérir les autres : le pouvoir de l’amour est également guérisseur, infiniment puissant et profondément propulsant.

    Les personnes qui ne sont pas dans le refoulement et qui acceptent d’avancer même en traversant les difficultés, se mettent sur le chemin de l’amour.