La visualisation créatrice

Exercice visualisation creatrice

Nous voudrions partager avec vous une petite histoire vraie. Une femme d’un certain âge avait décidé de passer son permis de conduire. Elle avait pris de nombreuses leçons et son moniteur d’autoécole considérait qu’elle était prête.

Cependant, lorsque nous l’avions rencontrée, elle nous avait dit : »Je me vois rater ; vous savez, j’ai raté tellement de choses dans ma vie » Malgré les encouragements de ceux qui l’entouraient, l’examen arriva et Mme X. ne put réussir l’examen « Je le savais » disait-elle.

Elle savait ! Ainsi, elle avait construit dans son esprit une image de son échec, elle se « voyait rater ». En fait, ce que nous savons aujourd’hui, et que malheureusement Mme X. ne savait pas, c’est que les images et les pensées qui habitent notre cerveau sont génératrices d’événements dans notre vie. Ce que nous construisons dans notre esprit constitue la base d’une sorte de prédiction qui va se réaliser.

La visualisation, comme les affirmations, agit sur la partie inconsciente de notre cerveau et produit des effets au niveau conscient. D’après le chercher Arthur Winkler, l’un des aspects les plus importants de l’inconscient est qu’il répond à la suggestion. Il peut être influencé et dirigé et, ainsi, à son tour il est capable d’influencer la dimension physique de l’organisme.

La visualisation créatrice, nommée aussi « imagerie mentale », est constituée d’images intérieures créées consciemment par la personne qui « visualise » à partir de son imagination. Ces images sont en général accompagnées de sons, d’odeurs, de goût ou de perceptions kinesthésiques. Il n’est donc pas du tout indispensable de voir l’image mentalement.

La visualisation créatrice repose sur trois principes :

  1. nos croyances à propos de nous-mêmes et du monde gouvernent notre expérience
  2. nos images mentales sont des prédictions de ce qui va nous arriver
  3. ce que nous attendons de notre vie est ce que nous en obtenons

Visualiser, c’est en quelque sorte se passer un film personnel à l’intérieur du cerveau, un film personnel à l’intérieur du cerveau, un film dont nous sommes le producteur, le directeur et l’acteur principal tout à la fois.

Visualiser permet :

  • d’amener dans le champ de conscience ce que nous désirons réellement, par exemple, de réussir une tâche ou de communiquer avec son conjoint
  • d’être en contact avec les pouvoirs de notre imagination
  • de laisser émerger des informations provenant de l’inconscient
  • d’influencer les fonctions de l’organisme

Comment la visualisation créatrice fonctionne-t-elle ?

  1. L’univers physique est « énergie ». Si notre monde nous apparaît comme solide et fait de choses distinctes les unes des autres, il est, à des niveaux plus subtils, formé de particules de plus en plus fines. Cette énergie existe aussi au niveau de nos pensées et, de cette manière, nos pensées affectent notre organisme et le monde qui nous entoure.
     
  2. L’énergie est « magnétique ». Une énergie d’une qualité ou d’une vibration particulière tend à attirer l’énergie de même qualité et de même vibration. C’est ce qui se passe lorsque nous rencontrons « par hasard » quelqu’un à qui nous pensions ou lorsque nous « tombons » sur un livre contenant l’information dont nous avions précisément besoin.
     
  3. Nous attirons à nous ce à quoi nous pensons le plus, ce que nous croyons avec le plus de conviction, ce que nous souhaitons le plus profondément.

Quand et comment utiliser la visualisation ?

On peut utiliser la visualisation pour augmenter sa qualité de vie et son estime de soi, améliorer une situation relationnelle difficile, se préparer à réussir, retrouver la santé.

La visualisation n’exige pas d’expérience particulière ni d’équipement spécialisé. Au début, il peut être utile de choisir un lieu où la relaxation est possible sans être dérangé. En position confortable, il suffit de se détendre en comptant lentement de 10 à 1, puis de passer à  la phase « visualisation ».

Notre bonheur et notre malheur sont en relation avec ce que nous abritons dans notre esprit, ce sont souvent les souvenirs douloureux de l’enfance qui nous empêchent d’être heureux et d’avoir une bonne estime de nous-mêmes.

Il est possible de guérir cet enfant intérieur afin de rendre solide l’estime de soi et c’est ce que nous vous proposons. Il ne s’agit pas d’une guérison miraculeuse mais bien d’une cicatrisation graduelle, couche après couche.


Nous vous suggérons d’enregistrer le texte suivant ou de demander à quelqu’un de vous le lire lentement.

« Vous laissez vos yeux se fermer…..Vous imaginez qu’une onde de détente entre en vous par le sommet de votre tête, qu’elle se répand dans tout votre corps, dans tous vos muscles de la tête jusqu’aux orteils. Vous êtes détendu, tout à fait détendu, relaxé, tout à fait relaxé … 

Imaginez maintenant que vous êtes un petit bébé. Ce bébé que vous étiez entre 0 et 6 mois

Regardez cet enfant, si plein de tout le potentiel qu’il pourra développer, ce bébé qui attend tout de ceux qui l’entourent, ce petit enfant qui fait confiance, qui attend d’être aimé, nourri, protégé.

Comment étiez-vous à cet âge là ? De quelle manière étiez-vous habillé ? Comment vous voyez-vous d’après les photos qui furent prises de vous ? Aviez-vous des frères et des sœurs ? Où viviez-vous ?.....

Imaginez maintenant que la grande personne que vous êtes maintenant prend ce bébé dans ses bras avec beaucoup de tendresse et lui dit :

…Dites votre prénom…

Je suis heureux que tu sois ici

Tu as le droit d’être proche des autres

Tu as le droit d’être touché avec tendresse

Tes besoins sont accueillis avec amour

Je suis là pour te protéger

Je resterais avec toi jusqu’à ce que tu n’aies plus besoin de moi

Il y a assez d’amour pour tous, tu peux faire confiance

Je t’aime

Et après lui avoir dit toutes ces choses importantes, vous reposez tendrement cet enfant dans son berceau afin qu’il se repose…..


Imaginez l’enfant que vous étiez entre 6 mois et 3 ans…

Regardez ce merveilleux petit enfant qui apprend à marcher, à parler, qui commence à exercer son pouvoir sur le monde qui l’entoure. Cet enfant si plein de vie, de confiance. Voyez-le faire ses premiers pas, dire ses premiers mots…

Comment est-il habillé ? où joue-t-il ? …

Imaginez maintenant que cet enfant vient vers vous, il vous tend les bras et vous le prenez contre vous…Vous lui dites votre amour et, tout en le tenant contre vous, alors qu’il met sa tête sur votre épaule, vous lui dites tendrement :

…Dites votre prénom…

Tu es important pour moi

Tu as le droit de dire non

Tu as le droit de faire les choses tout seul

Tu as le droit d’essayer et de ne pas réussir

Même si tu te rebelles, je reste avec toi, je ne te rejette pas et je ne me moque pas de toi

Tu as le droit d’être qui tu es

Je te protège, je t’aime

Tu as le droit d’explorer, de mettre du désordre, de te mouvoir

Je t’accepte quoi que tu fasses…

Puis vous posez cet enfant sur le sol, sur ses petits pieds et vous jouez avec lui jusqu’à ce qu’il décide de faire autre chose et là, vous le laissez aller.


Puis vous prenez contact avec l’enfant que vous étiez entre 3 et 6 ans, cet enfant si vif, si sensible qui découvre le monde, qui découvre son corps, voyez-le et approchez-vous de lui, apprivoisez-le et jouez avec lui, puis prenez-le sur vos genoux et dites-lui :

…Dites votre prénom…

Je suis fier de toi, je t’accepte

Tu es important pour moi

J’aime que tu explores, que tu expérimentes

Et que tu découvres tout ce qui t’entoure

J’aime la personne que tu es…

Puis vous proposez à cet enfant de lui raconter une histoire, s’il en a envie et vous le laissez ensuite aller jouer.


C’est ensuite, avec l’enfant que vous étiez entre 6 et 12 ans que vous prenez contact. Cet enfant qui va à l’école et qui peut-être y vit des événements difficiles, cet enfant qui grandit si vite et qui a pourtant tant besoin de support et d’amour. Vous le regardez avec tendresse, vous l’invitez à parler avec vous et assis face à lui, les yeux dans les yeux, vous lui dites :

…Votre prénom…

J’aime être avec toi

J’aime te voir grandir

Je sais que tu es capable de faire ce que tu as envie de faire

J’ai confiance en toi

Je suis prêt à t’aider si tu as besoin de moi.

Puis, vous l’écoutez vous raconter ce qu’il vit, vous lui offrez votre attention et vous le laissez s’en aller lorsqu’il le désire …

Tout doucement, vous revenez à votre respiration, vous reprenez conscience de votre corps, de l’endroit où vous vous trouvez…et, rempli de paix, de sérénité, vous ouvrez doucement les yeux…

 

SourceL'estime de soi : un bien essentiel

Nathalie Neumann sur Google+

estime de soi visualisation créatrice

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau