Ne devenez pas quelqu’un que vous n’êtes pas à cause de vos blessures

14656430 846981672103046 3602692661586206564 n

Article posté par Vanessa sur mon groupe "Guidances et Soins énergétiques"


Quand une étape de la vie touche à sa fin, il faut le savoir.

Si on ne passe pas à la suivante à temps, alors on perdra la joie, et pour nous, plus rien n’aura de sens. Il faut boucler les boucles, fermer les portes, ou clore les chapitres ; appelez cela comme vous voulez.

L’important, c’est de pouvoir tourner la page, et de laisser filer les moments de la vie qui sont maintenant derrière nous.

Si on est nostalgique du passé, on ne peut pas vivre le moment présent. Le passé, c’est le passé ; il faut lâcher prise, et s’en détacher.

On ne peut pas être éternellement un enfant, ni même un adolescent tardif, un employé d’une entreprise qui n’existe pas, ou encore tisser des liens avec des gens qui n’en ont pas envie.

Ce qui est fait est fait, et il faut l’accepter ! (Paul Coelho)


Même si on a tous tendance à tirer des leçons de nos expériences passées, souvent, on perd notre identité émotionnelle, à cause des blessures qui ne se referment pas.

Par conséquent, la blessure n’a de cesse de s’infecter, réduisant ainsi toujours plus notre capacité à être nous-même et à valider nos émotions.

Nous nous sommes probablement tous habitués à vivre avec une souffrance latente de laquelle on préfère ne pas s’occuper, si bien que notre cerveau finit par renoncer à sa capacité de ressentir pour éviter de souffrir.

Cependant, dans le fond, on sait que c’est ce qui nous empêche d’avancer, de profiter de ce que l’on a et d’accorder toute notre attention au présent.

Même si on dit que le passé est un vieil ami que l’on doit saluer de loin d’un signe de la tête, il faut malgré tout s’en occuper et le soigner afin de ne pas «nous habituer» à y vivre, renonçant ainsi au présent.

Nettoyer notre passé, et désinfecter nos blessures

Ce dont on a profité une fois, on ne le perd jamais. Tout ce qu’on aime profondément devient une part de nous-même. (Bernardo Stamateas)

Quelles sont donc ces choses qui infectent les blessures de notre âme ? Le sacrifice, la colère, la peur, l’abandon, le dépit, l’incapacité, la solitude, la trahison, le manque de soutien, l’incompréhension, la tristesse, les tromperies, les désirs et les culpabilités.

Comment peut-on donc faire pour guérir ces blessures une bonne fois pour toutes ?

  • Cherchez en vous et localisez vos blessures. Où avez-vous mal ? Cela vous dérange-t-il de parler de quelque chose en particulier avec une personne en particulier ? Cette situation vous rend-elle triste ou irrité ? Depuis quand ? Selon vous, à quoi cela est-il dû ?
  • Parlez-en. Il se peut que ce ne soit pas facile, car en plus de nous faire mal, nos blessures nous limitent. Videz votre sac auprès d’une personne de confiance. Le fait de sortir ce que l’on garde en soi depuis trop longtemps, est l’un des baumes réparateurs les plus magnifiques.
  • Drainez vos blessures et empêchez-les de vous faire mal ; en d’autres termes, guérissez. Les blessures de notre passé émotionnel suppurent de sentiments, d’émotions et d’autres pensées qui nous font mal. C’est pourquoi, on doit s’en débarrasser, car ils vivent à nos frais et enflamment les zones affectées, atteignant des limites jusqu’alors insoupçonnées.

Drainez vos blessures en pleurant, expulsez votre douleur. Faites ce que vous voulez, mais condamnez votre souffrance, et fermez la porte derrière vous pour qu’elle n’entre plus. Ensuite, vous sentirez que vous commencerez à récupérer votre identité.


Lâchez prise !

Si votre vie ne vous rend pas heureux… LÂCHEZ PRISE

Si vous n’êtes pas épanoui et que vous ne construisez rien… LÂCHEZ PRISE

Si vous n’évoluez pas… LÂCHEZ PRISE

Si vous restez dans votre zone de confort et que vous ne cherchez pas à en sortir…LÂCHEZ PRISE

Si vous ne reconnaissez pas vos talents… LÂCHEZ PRISE

Si vous ne prenez pas soin de vous… LÂCHEZ PRISE

Si vous ne faites rien pour prendre un nouveau départ… LÂCHEZ PRISE

Si vous dîtes, mais ne faîtes pas… LÂCHEZ PRISE

Si vous ne vous accordez pas de temps pour vous… LÂCHEZ PRISE

Si vous essayez de changer votre façon d’être … LÂCHEZ PRISE

Si le «je» s’impose… LÂCHEZ PRISE

S’il y a plus de désaccords que d’accords… LÂCHEZ PRISE

Si tout simplement votre vie ne vous convient pas… LÂCHEZ PRISE

 

LAISSEZ-VOUS ALLER… La chute sera bien moins douloureuse. Arrêtez de penser à ce que vous avez été, mais que vous n’êtes plus.

 

Source : http://nospensees.fr/

Nathalie Neumann sur Google+

blessures

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau