Réajuster les pensées erronées

Merci a claude 300x184

Comme nous venons de le voir, le dialogue intérieur de celui qui a une mauvaise estime de lui-même est généralement composée de messages négatifs reçus dans l’enfance et conservés dans sa mémoire.

Cependant, les théories récentes de la psychologie comportementale apportent un éclairage complémentaire à l’explication ci-dessus.

Le Dr David Burns postule que la personne qui a une mauvaise estime d’elle-même a développé un processus de pensée qui est incorrect. Dans ses recherches, il a répertorié dix manières incorrectes de penser qui aggravent encore la situation de la personne.

Il est essentiel d’identifier ces formes erronées de pensées afin de pouvoir les changer :
 

  1. Penser en termes de tout ou rien

Dans la plupart des situations de la vie, il n’y a pas d’absolu, rien n’est complètement noir ou blanc.

Ainsi lorsqu’une personne dit :

« Je suis maladroit », « Je n’ai jamais pu créer quoi que ce soit », elle est dans l’erreur, elle a certainement réussi à créer quelque chose dans sa vie. Peut-être qu’elle n’en est pas conscience à ce moment-là ! Cependant, à force de répéter ce genre de phrase inexacte, elle accentue son manque d’estime d’elle-même.

Une déclaration plus juste serait par exemple :

« Aujourd’hui, je suis maladroit, je n’arrive pas à bâtir cette niche pour mon chien »

« Je suis maladroit aujourd’hui et à propos de l’ouvrage en cours)

 

  1. Généraliser

« Je n’ai jamais eu de chance dans la vie ! »

Cette phrase découragée est certainement inexacte. Si la personne en question est là pour l’exprimer, elle a déjà la chance d’être vivante, de pouvoir parler, d’être en relation avec quelqu’un à qui elle l’exprime et la liste pourrait continuer.

La généralisation participe au découragement et à la perception négative de soi.

 

  1. Filtrer mentalement les informations

« Cette fête a été complètement ratée, il a plu tout le week-end, j’aurais mieux fait de rester couché : »

Voir ce qui est négatif et oublier tout l’aspect positif, c’est ce que font de nombreuses personnes qui ont une mauvaise estime d’elles-mêmes. Elles soulignent dans leur vie, ce qui n’a pas été, ce qui a posé problème et perdent tout courage.
 

  1. Méconnaître les aspects positifs de soi

« Je suis un pauvre crétin ! », « Je me suis de nouveau fait avoir ! »

Ce n’est pas parce que nous avons commis une erreur de jugement que nous sommes un crétin.

Et ce n’est pas non plus la seule chose que nous avons faite : « une erreur de jugement »

 

  1. Sauter aux conclusions

« Je suis sûre qu’ils n’accepteront jamais ! »

Comment pouvons-nous le savoir sans aller leur parler ?

« Je sais ce qu’il pense de moi. »

Il n’est pas possible de lire dans l’esprit de l’autre s’il ne s’est pas exprimé.

« Tu verras, ça ne marchera pas ! »

Prédire que les choses vont mal aller, c’est se mettre en condition pour faire en sorte qu’elles ne marchent pas.

Toutes ces manières de penser ont des effets négatifs sur la réalité, sur le sentiment de compétence personnelle et donc sur l’estime de soi.

Nous pourrions changer toutes les phrases ci-dessus de la manière suivante :

« En préparant bien notre entretien, il y a de fortes chances qu’ils acceptent le projet. »

« Je ne sais pas ce qu’il pense, il n’y a pas de raison qu’il ait une mauvaise opinion de moi. »

« Je pense qu’il y a de fortes chances que ça puisse marcher »

 

  1. Exagérer ou minimiser

Il s’agit là d’identifier un détail auquel nous donnons une importance exagérée :

« J’ai l’air de quoi avec ce bouton sur le nez ? Tout le monde va me regarder et se demander de quelle maladie je suis atteint ! »

Ou au contraire de minimiser un élément :

« D’accord, je suis sortir premier de ma promotion, c’est juste un coup de chance, je suis tombé sur un sujet que je connaissais à l’examen »

L’un et l’autre des exemples ci-dessus peuvent être signes d’une mauvaise estime de soi et, en même temps, ils contribuent encore à la renforcer.

 

  1. Raisonner sur la base de ses émotions

« La vie est tellement triste ! »

Ce n’est pas la vie qui est triste ! C’est l’émotion que je vis en ce moment.

« En ce moment, j’éprouve de la tristesse ! »

Voilà qui est beaucoup plus réaliste et juste.

 

  1. « Doit – devrait – il faut »

La croyance fréquente de nombreuses personnes, c’est qu’elles doivent faire certaines choses ou manifester certaines caractéristiques.

Malheureusement, contrairement au titre d’un film connu : La vie est un long fleuve tranquille, la vie n’est pas ainsi !

Personne ne peut pas toujours tout réussir ! Travailler intensément et se conduire honnêtement ne suffit pas à garantir un emploi à vie ou la réussite escomptée.

D’autre part, ces « il faut », « tu dois » sont souvent des messages reçus dans l’enfance et qui n’ont aucune base valable dans la vie actuelle de la personne.

 

  1. Mettre une étiquette

« Je suis tellement stupide »

Se dire une phrase de ce genre atteint l’estime de soi.

Au contraire, dire « Je me suis trompé ! » est beaucoup plus exact et moins déprimant. Il est tout à fait superflu de se mettre une étiquette dévalorisante.

 

  1. Blâmer

Se blâmer ou blâmer les autres ne contribue pas à résoudre le problème.

« Je suis un pauvre idiot, je me suis fait licencier de mon travail »

Se faire licencier de son travail n’a rien à voir avec le fait d’être ou de se senti « idiot ». De multiples raisons économiques et psychologiques président au choix des personnes qui seront licenciées lors de la restructuration d’une entreprise. Se blâmer ou blâmer l’autre contribue à détériorer l’estime de soi.

« Mon usine se restructure et je suis l’une des 30 personnes qui seront licenciées ».

 

Article suivant ⇒ Prendre la responsabilité de sa vie

 

SourceL'estime de soi : un bien essentiel

 

estime de soi réajuster ses pensées

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !