Transformation

Transformation 1

La mort est toujours à nos côtés, c’est notre ombre, une rencontre inévitable. Impossible de lui échapper. C’est une mutation, une réalité indéniable de la vie, le passage d’une forme à une autre. Dire oui à la vie, c’est bien se préparer à la mort. Chaque changement à son côté caché, quelque chose qui disparait, une façon de penser, de vivre, d’aimer qui s’éloigne.

La mort, cet abîme mystérieux du néant, me fait peur. Tout changement me cause douleur et non acceptation. Me disperser, quitter mon identité, laisser ce qui est connue pour s’abandonner au vide, couper net les branches sèches. Tout changement me secoue, toute transformation me coûte un énorme sacrifice. Je reste immobile face à des décisions importantes. J’ai du mal à abandonner le vieux pour faire place au nouveau. Souffrance et peur.
Je résiste au changement mais je perds contact avec le flux de l’existence. Je m’accroche à des liens qui ne sont que pures illusions de sécurité, de pouvoir maîtriser les événements. Si je n’apprends pas à mourir, je vais rester dans un état de stagnation. Mais la stagnation c’est aussi la mort.
Pourquoi les changements me bouleversent-ils autant ? J’apprends à accepter les sensations que le changement provoque en moi. J’accepte la cyclicité des choses. J’observe le côté positif des transformations. Je calme les tensions qu’elles me causent en faisant des choses qui me rendent gai, qui me distraient. Je parle de mes tensions, j’extériorise mes émotions et mes contrariétés. Je me donne des objectifs de vie. Je comprends que la vie et la mort sont notre chemin, que tout est processus inévitable, qu’il me faut apprendre l’art de me laisser aller. J’accepte le fait que le changement soit la seule chose certaine. Je suis le cours de l’existence. Que ferais-je si je savais n’avoir plus qu’une année à vivre ? Je quitte définitivement ce qui ne m’appartient plus : attitudes, procédés, amitiés, parties de moi désormais fatiguées. Je prie pour avoir la force de résister à tous ces changements. La mort est enseignement, passage ; la transformation devient la condition nécessaire à une vie intense. Tout se transforme en force vitale, en raison de vivre, en chemin de vie, en unité

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !