adulte

  • Adulte ou enfant !

    Enfant adulte grandir education

    De "Diane Gagnon - Auteur, Coach, Conférencière"


    Nous nous croyons adultes parce que nous avons un corps d’adulte, un emploi d’adulte, une vie sociale d’adulte, mais au fond de nous, c’est encore parfois, souvent même, l’enfant que nous étions qui dirige notre vie émotionnelle.

    Combien de nos réactions sont dictées par les manques que nous avons enregistrés étant enfants, par les blessures que nous avons subies, par les peurs qui nous ont été inculquées, par l’intimidation que nous avons vécue?

    Ces grandes peines, ces souffrances nous ont peut-être bloqués dans notre maturation émotionnelle et ne nous permettent pas toujours de réagir aujourd’hui comme un adulte pleinement épanoui le ferait.

    Ainsi nous offrons des réactions émotives parfois tellement fortes à certains événements banals que nos réactions paraissent disproportionnées. Nous nous limitons dans notre évolution parce que l’enfant en nous a peur de transgresser les règles, de se tromper ou de se faire gronder.

    Nous craignons l’abandon, si nous l’avons déjà vécu, le rejet, si nous avions peu d’amis sincères, la colère des autres, si elle était omniprésente dans notre enfance. Nous pouvons même aller à répéter, une fois devenus adultes, les scénarios connus de notre enfance, même si ceux-ci nous ont tant fait souffrir. Combien de personnes se retrouvent ainsi avec un conjoint colérique, ou violent, ou manipulateur parce que c’est ce qui constituait l’environnement familial de ces personnes dans leur enfance?

    Tôt ou tard, nous devons devenir adultes sur tous les pans de notre vie. Nous devons apprendre à soigner cet enfant qui nous habite et à devenir pour lui le parent protecteur et aimant qu’il n’a peut-être jamais eu.

    Devenir adulte, c’est comprendre que l’on ne peut compter que sur soi pour répondre à l’essentiel de nos besoins et renoncer à attendre que les autres le fassent à notre place. C’est aller chercher l’aide professionnelle nécessaire pour dénouer ce qui nous étouffe plutôt que de croire que l’amour d’une personne nous guérira de tous nos maux.

    C’est aussi apprendre à vivre avec les manques de notre histoire. Rien ne sert de continuer à pleurer ce qui nous a manqué dans le passé : c’est maintenant à nous de nous l’offrir, du mieux que nous pouvons, dans notre présent.

    Car devenir adulte prend bien plus que 18 ans! Souvent, il nous faut toute une vie pour assumer tout ce que nous sommes et ne plus laisser notre passé guider notre présent ou hypothéquer notre avenir.

    La vraie preuve d’Amour envers nous-mêmes, c’est de prendre soin de l’enfant en nous pour devenir l’adulte que la Vie attend de nous.

     

    Sourcehttps://www.facebook.com/DianeGagnon.Auteur.Coach/?fref=nf

  • Développer l’estime de soi en tant qu’adulte

    Miroir fond vert

    Un spécialiste des techniques de « reparentage » écrivait un jour :

    « Il n’est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse ! »

    Nous pourrions paraphraser cela en écrivant :

    « Il n’est jamais trop tard pour développer l’estime de soi-même ! »

    Bien entendu, lorsqu’un enfant est accompagné tout au long de sa croissance par des parents compétents, capables de lui donner les messages appropriés alors qu’il grandit, cet enfant développe naturellement l’estime de lui-même. Il atteint l’âge adulte en possession du plus grand trésor qui soit : une bonne estime de lui-même.

    Lorsque ce n’est pas le cas, lorsque pour des raisons diverses les parents ou ceux qui les remplaçaient, lorsque les circonstances n’ont pas offert à l’enfant les conditions nécessaires au développement de l’estime de soi, l’adulte qu’il devient souffre de différentes manières. C’est tout particulièrement lors d’épisodes douloureux – tels que échec, divorce, licenciement, dépression – que l’adulte prend conscience de sa carence d’estime de lui-même et qu’il recherche des moyens lui permettant de se développer.

    A ce moment-là, la personne commence par blâmer les circonstances de sa vie. Elle réalise qu’elle n’a pas reçu ce qu’elle était en droit d’attendre de la part de ses parents et de son environnement, elle blâme ses proches, son manque d’instruction, sa timidité, son apparence, son entourage.

    Elle peut tente de se former, de perdre du poids, de changer de travail, d’apprendre à s’affirmer et, même si parfois elle atteint son but et peut modifier les circonstances de sa vie, elle réalise très vite qu’elle en est au même point et que son estime d’elle-même n’a pas changé.

    Ces dernières années, de nombreux spécialistes se sont intéressés à cette question et sont arrivés à la conviction que l’estime de soi d’un adulte est en relation directe avec son processus de pensée, avec ce que cette personne pense d’elle-même et se dit à elle-même, avec sa façon d’interpréter ce que les autres lui disent. Les circonstances extérieures peuvent agir sur l’estime de soi, bien sûr, mais elles ne déterminent pas l’estime de soi d’une personne.

    C’est la personne elle-même – et uniquement elle – qui peut décider de modifier sa vie en augmentant son estime d’elle-même.

    Ce cheminement s’effectue à travers plusieurs étapes significatives :

     

    SourceL'estime de soi : un bien essentiel