Blessure de l'abandon (le masque du dépendant)

Capture 85

La blessure vécue dans le cas d'un abandon se situe au niveau de l'AVOIR et du FAIRE plutôt qu'au niveau du ETRE comme c'est le cas dans la blessure de Rejet. La personne abandonnée témoigne souvent d'un manque de communication de la part du parent de sexe opposé lorsqu'elle était jeune. Elle trouve ce parent trop renfermé et lui en veut de laisser l'autre parent prendre toute la place. La blessure d'abandon est donc avant tout vécue avec le parent de sexe opposé. Ceux qui souffrent d'abandon ne se sentent pas assez nourris affectivement le traumatisme débutant vers les 2 ans environ.

Le masque que l'humain se crée pour tenter de cacher sa blessure est celui du DEPENDANT. Ce masque est caractérisé par un corps manquant de tonus. Le système musculaire est sous développé, le corps exprimant exactement ce qui se passe à l'intérieur d'une personne.

Le dépendant croit qu'il ne peut arriver à rien tout seul et qu'il a besoin de quelqu'un d'autre pour le supporter et l'aider. De grands yeux tristes indiquent aussi la blessure d'abandon ; ce sont des yeux voulant attirer l'autre par le regard. Regarder les gens autour de soi pour découvrir leur blessure est un excellent exercice d'intuition. Le corps nous dit tout sur la personne, de plus en plus de gens essaient par tous les moyens de modifier l'apparence de leur corps comme avec la chirurgie esthétique ou la musculation. Quand nous tentons de cacher aux autres notre corps ou de le modifier nous essayons de dissimuler les blessures de l'âme. Or ce n'est pas parce que l'on cache une blessure par des moyens physiques que la blessure est réglée.

Le dépendant est celui des 5 différents types le plus apte à devenir victime. Une victime est celui créant dans sa vie des difficultés de toutes sortes, surtout des problèmes de santé pour attirer l'attention. Cela répond aux besoins du dépendant qui croit ne jamais en avoir assez. Lorsqu'il semble vouloir attirer l'attention par divers moyens, en réalité il cherche à se sentir assez important pour recevoir du support. Il croit que s'il n'arrive pas à attirer l'attention de l'autre il ne pourra pas compter sur cette personne.

Le dépendant dramatise beaucoup, le moindre incident prenant des proportions gigantesques. Si par exemple son conjoint n'appelle pas pour prévenir qu'il sera en retard il pense au pire et ne comprend pas pourquoi il le fait tant souffrir en ne l'informant pas. Le dépendant ne vit pas ces évènements comme des difficultés. Ses problèmes lui apportent le cadre pour avoir de l'attention. Cela lui évite de se sentir abandonné. Etre abandonné est plus douloureux à vivre pour lui que les divers problèmes qu'il s'attire.

Seul un autre dépendant peut vraiment comprendre cela. Plus une personne agit en victime, plus sa blessure d'abandon devient importante. Le dépendant a souvent des hauts est des bas. Pendant un certain temps, il est heureux et tout va bien et tout à coup se sent malheureux et triste. Il se demande même pourquoi car très souvent cette situation arrive sans raison apparente. En fait en cherchant bien, il pourrait découvrir sa peur de la solitude.

La forme d'aide dont le dépendant a le plus besoin est le soutien des autres. Qu'il ait ou non des difficultés à prendre des décisions par lui même, il demande généralement l'opinion ou l'approbation des autres avant de décider. Il a besoin de se sentir soutenu, supporté dans ses décisions. C'est la raison pour laquelle ce genre d'individu passera pour quelqu'un ayant de la difficulté à se décider mais en réalité il ne se décide pas ou doute de sa décision seulement s'il ne se sent pas appuyé par quelqu'un d'autre.

Ses attentes face aux autres sont en fonction de ce qu'ils peuvent faire pour l'aider. Toutefois ce n'est pas tant de l'aide physique qu'il recherche mais plutôt de se sentir soutenu par quelqu'un dans ce qu'il fait ou veut faire. Quand il est soutenu, il se sent aidé et aimé.

Le dépendant utilise souvent l'expression "je ne supporte pas», cela indique à quel point il fait très souvent aux autres sans s'en apercevoir, ce qu'il a peur qu'on lui fasse.

Il peut souvent passer pour paresseux car il n'aime pas faire des activités ou du travail physique seul, il a besoin de la présence de quelqu'un d'autre pour le supporter. Lorsqu'il fait quelque chose pour une personne ce sera avec l'attente d'un retour d'affection.

Le dépendant qui est dans sa partie victime a tendance à avoir, surtout chez la femme, une petite voix d'enfant et à poser beaucoup de questions. Cela se voit quand elle demande de l'aide, elle a beaucoup de difficultés à accepter un refus et à tendance à insister. Plus elle souffre en se faisant dire non, plus elle est prête à utiliser tous les moyens pour obtenir ce qu'elle veut, c'est à dire la manipulation, la bouderie ou le chantage.

Il demande souvent des conseils car il ne se croit pas capable d'y arriver seul. Lorsqu'il marche avec d'autres personnes, il les laisse passer devant, lui préférant être guidé , s'il se débrouille trop bien seul, personne ne s'occupera de lui à l'avenir et l'isolement qu'il veut absolument éviter se produira.

La SOLITUDE (ou la rupture) est sa plus grande peur, il est convaincu de ne pouvoir la gérer c'est pourquoi il s'accroche à autrui et fait tout pour attirer leur attention. Sa peur est :"Que vais-je faire seul ? Que vais-je devenir ?

Le dépendant a également beaucoup de difficultés avec le mot LAISSER qui pour lui est synonyme d'abandonner. Si par exemple, le dépendant parle avec une personne qui lui dit "je dois te laisser, je dois partir" le cœur lui fait mal. Le simple fait d'entendre le mot laisser soulève des émotions négatives en lui. Pour ne pas se sentir abandonné, il faudrait que l'autre lui explique les raisons du départ sans utiliser le mot.

Lorsque le dépendant se sent abandonné, il croit qu'il n'est pas assez important pour mériter l'attention de l'autre. L'émotion la plus intense vécue par le dépendant est la TRISTESSE. Il l'a ressent au plus profond de lui, sans comprendre ni pouvoir expliquer d'où elle vient. Donc pour ne pas la sentir, il recherche obstinément la présence des autres.

En moment de crise, il peut aller jusqu'à penser au suicide. En général, il ne fera qu'en parler et menacer les autres de le faire mais il ne le fera pas car il recherche uniquement le soutien et l'écoute.

La personne dépendante pleure facilement surtout lorsqu'elle parle de ses problèmes ou de ses épreuves. Dans ses pleurs, elle accuse les autres de la laisser tomber lorsque surviennent les difficultés ou maladies. Elle ne réalise pas qu'elle laisse elle même souvent tomber les autres ainsi que ses projets en cours de route. Il ne s'aperçoit pas du nombre de fois où il ne fait pas aux autres ce qu'il veut qu'on lui fasse.

Le dépendant s'accroche physiquement à la personne aimée. Debout il cherche appuie sur un mur, une porte ou autre chose. Son besoin de soutien se traduit dans toutes les situations de la vie. Il veut appui, attention tout le temps ; ainsi de nombreux comédiens, chanteurs, acteurs ou artistes sont des dépendants se nourrissant de cette admiration du public sans laquelle ils déprimeront.

Le dépendant  utilise souvent le sexe pour accrocher l'autre, cela se voit surtout chez la femme. Lorsque la personne dépendante se sent désirée, elle se croit ainsi  plus importante. Des 5 types, c'est celui aimant le plus le sexe. Elle en veut souvent plus que son conjoint et le fera même si l'envie n'est pas présente car elle ne veut pas manquer une occasion de se sentir désirée.

Le dépendant est renommé pour avoir été un enfant souvent malade, faible ou chétif. Il développe des maladies propres à sa nature. L'asthme indique que cette personne prend plus qu'elle ne devrait et ne redonne qu'avec grande difficulté. La myopie représente la difficulté à voir plus loin, reliée à la peur de l'avenir et surtout d'y faire face seul.

L'hystérie : la personne hystérique est semblable à l'enfant qui craint d'être privé du lait nourricier et abandonné. Voilà pourquoi elle montre bruyamment ses émotions. La dépression : devant leur impuissance à se sentir aimées comme ils le désireraient, c'est une façon d'obtenir de l'attention.

La blessure d'abandon a été réactivée par le parent du sexe opposé et continue à l'être par toute personne du sexe opposé. Il est tout à fait normal et humain d'en vouloir à ce parent ou à ces personnes. Tant que l'on continue à en vouloir à un parent, nos relations avec toutes les autres personnes du même sexe que ce parent seront difficiles.

La principale cause d'une blessure vient de son incapacité à se pardonner. Nous reprochons aux autres tout ce que nous faisons nous mêmes et ne voulons pas voir. L'acceptation est l'élément déclencheur pour mettre en marche la guérison. En se donnant le droit de faire aux autres ce que l'on craint de vivre au point d'avoir crée un masque pour se protéger, il sera plus facile de donner le droit aux autres d'agir de la sorte et de parfois avoir des comportements venant réveiller la blessure.

La blessure d'abandon se guérit quand on se sent bien SEUL et que l'on recherche moins l'ATTENTION. La vie est moins dramatique. Le blessé a de plus en plus envie d'entreprendre des projets et même si les autres ne les appuient pas, de continuer.


EN RESUME :

Blessure  ABANDON - Masque DEPENDANT

1) Identification de la blessure : 

- Tendance à chercher sans cesse l’aide et l’attention des autres. 

- A dramatiser chaque (petit) problème. 

- A avoir peur de la solitude et à éviter (retarder) les séparations. 

- A en vouloir aux autres de le laisser tomber. 

- A accepter difficilement le refus et tendance à insister.

- A l’hystérie. 

- A la myopie (difficulté à voir plus loin), elle est reliée à la peur de l’avenir et surtout d’y faire face seul. 

2) La voie de la guérison : 

-  Pardonner aux autres et à soi même le fait d’abandonner.

- Se pardonner soi-même d'avoir été abandonné.

-   Se donner le droit et accepter d’abandonner et d'être abandonné.

-   Ne pas chercher l’attention des autres.

-   Se sentir bien en étant seul


La question à se poser est :

« A-t-on besoin du soutien et d’aide extérieure pour vivre et accomplir nos objectifs ? »

 

Source http://www.revelessencedesoi.com/


Autres articles sur le sujet "Blessure de l'abandon"

 

Vidéos

Nathalie Neumann sur Google+

blessures de l'âme

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau