Sur nos maux

Les yeux sont le miroir de l’âme

17883755 957898104344735 1993590872884947000 n

Article posté par Vanessa sur mon groupe "Guidances et Soins énergétiques"


Nos yeux ne mentent pas : ils sont le miroir de notre âme, la facette véritable de toute la panoplie de visages que nous sommes capables de mettre en place.
La meilleure manière de connaître une personne est donc de la regarder dans les yeux et d’observer tout ce qu’ils nous disent sur sa situation émotionnelle.

Nos yeux, tout comme nos gestes, nous trahissent face aux autres et disent de nous bien plus que nos propres paroles.
De fait, le langage non-verbal peut commencer par un simple regard et se terminer en une série de mouvements, qui constituent les meilleures informations que nous puissions transmettre aux autres sur nous-mêmes.

Le miroir de l’âme : une autre manière de nous regarder

De nombreuses études ont révélé que lorsque nous rencontrons une personne pour la première fois, ses yeux peuvent nous transmettre toute une série de sensations : méfiance ou confiance, sécurité, bien-être, peur, etc.
Nous savons qu’il s’agit là de la vérité, c’est comme si nous devenions capables de traverser le filtre que constitue le corps et d’atteindre l’âme des autres, tout simplement en regardant à travers leurs yeux.

“L’âme peut parler avec les yeux, et embrasser avec le regard.»

Certains experts, dont les travaux portent sur l’étude des visages et de leurs expressions, ont observé que si les yeux sont le miroir de l’âme, comme le dit le dicton populaire, c’est qu’ils constituent la partie la plus sincère du visage.

Nous n’avons pas de contrôle sur nos yeux, à la différence de notre bouche par exemple : si nous aimons quelque chose, nos pupilles vont se dilater involontairement et vont trahir une sensation.
Elles peuvent également se contracter pour envoyer un signe de rejet.

Le langage corporel de nos yeux

Parmi toutes les informations que nous pouvons transmettre par nos yeux, nous allons dresser une petite liste qui va vous étonner.
Nous allons voir, dans la suite de cet article, pourquoi les yeux sont le miroir de l’âme.

Le bonheur

Lorsque nos yeux se plissent, qu’ils se rident et qu’ils brillent plus que d’habitude, c’est que nous nous sentons particulièrement bien. 
Il n’est pas nécessaire de voir une personne sourire pour nous rendre compte qu’elle est heureuse, car son regard nous le dit.
L’attention
Si nous faisons face à des yeux grand ouverts et à un regard qui nous semble pénétrant, c’est que la personne assise en face de nous est attentive à ce que nous disons ou à ce que nous sommes en train de faire.
Si elle est suspendue à ce que nous disons, nous devons regarder tous ses autres moyens de communication non-verbale pour savoir si elle nous juge positivement ou négativement.

La tristesse

Si les yeux sont le miroir de l’âme, nous pouvons deviner grâce à eux l’émotion que nous ressentons le plus et que nous souhaitons le plus dissimuler aux autres.
Lorsque nous ressentons de la tristesse, nos paupières se lèvent, tout comme le contour intérieur de nos sourcils.

La colère

Lorsque nous sommes en colère, nos yeux sont soulignés par des sourcils qui s’arquent et par une expression extrêmement sérieuse. Il est même possible que nous froncions entièrement nos sourcils.

L’incertitude ou l’évaluation

Lorsque nous écoutons quelqu’un, nous plissons nos yeux pour indiquer que nous sommes en train d’évaluer ce qu’elle dit, que nous doutons de la véracité de ses propos ou que nous ne comprenons pas vraiment ce qu’elle nous raconte.
Fermer légèrement les yeux peut également être un signe de fatigue.

Le désir sexuel ou l’effort cognitif

Lorsque nous ressentons du désir sexuel envers quelqu’un ou que nous faisons un effort cognitif important, nos pupilles se dilatent, comme nous vous l’avions dit tout à l’heure, et nous nous retrouvons à découvert face à l’autre.

Nous ne pouvons pas éviter ce phénomène. Nous avons souvent besoin de nous frotter les yeux car il s’humidifient et que nous ressentons de l’inconfort.
“Cela m’atterre, me fragilise, me tue de savoir que le plus beau ce ne sont pas tes yeux, mais ta façon de me regarder.»

Le «visage social»

Comme nous l’avons vu jusqu’à présent, l’expression «les yeux sont le miroir de l’âme» semble avoir une base scientifique réelle.
Cependant, cela va encore au delà de tout ce que nous vous avons dit. Selon l’étude de certains psychologues et d’autres scientifiques, issus de diverses branches de l’étude du langage humain, tout au long de notre développement, et ce jusqu’à nos 40 ans à peu près, nous développons une série de «visages» que nous adaptons aux différentes situations communicationnelles que nous devons affronter.

C’est ce que l’on appelle un visage social : c’est très significatif car, par exemple, dans les moments tristes comme dans les moments heureux, nous gardons la même consistance.

Teresa Baro affirme à ce sujet que nous ne sommes pas des menteurs, mais que nous vivons dans une société qui exige des patrons de conduite que nous devons adopter pour pouvoir survivre.
Nous ne sommes pas des menteurs car nous ne pouvons pas l’être, nous avons simplement la faculté d’adapter nos expressions faciales, tout comme celles transmises par notre regard, de manière volontaire.

Nous ne pouvons pas empêcher nos yeux de refléter ce que nous ressentons, car ils sont le miroir de notre âme.

“La pire trahison que tu puisses te faire à toi-même est de ne pas faire quelque chose qui fait briller tes yeux»

Les causes psychologiques de la maladie

Y1palk10

 

« Chercheur de Lumière, rappelle-toi que tes yeux, ton coeur, ton corps, sont les instruments que Dieu utilise pour sauver ses enfants de leur propre folie. Rappelle-toi aussi que sur chacun de ses enfants le Créateur de Tout ce qui Est a placé les signes évidents d’identification qui racontent la vérité à ceux qui ont des yeux pour voir ». Le maître Hilarion.


Le médecin s’intéresse aux symptômes, l’Holistique agit plutôt en « chercheur » car la cause spirituelle est étudiée. Il faut rechercher la cause et la guérison de l’individu.
Pierre Lassalle (astrologue holistique canadien, écrivain), considère que la médecine du futur recherchera la cause spirituelle de la maladie et qu’elle pourra ainsi mieux prévenir et guérir le malade. Le docteur Janine Fontaine nous indique que nous sommes faits de trois corps, un corps physique (matériel), un corps énergétique, auquel s’adressent les médecines différents, et d’un corps spirituel, développé grâce à notre travail initiatique personnel, lequel croît précisément à l’occasion des épreuves que la vie met sur notre chemin et que nous devons surmonter par un état d’esprit positif et créatif.


Comment vient la maladie ?

Chaque individu s’incarne avec son propre programme de vie, un but d’incarnation à réaliser. Lorsque cet individu progresse dans le sens de son but de vie, tout se passe plutôt bien. Il fonctionnera alors en utilisant les énergies qui sont les siennes dans le sens où elles doivent être exprimées.
Si cet individu s’écarte de son programme de vie (et cela bien malgré lui car il n’a pas conscience souvent de ce qu’il doit faire), il commence alors à mal utiliser les
énergies et en attire d’autres qui assureront un déséquilibre. Petit à petit, il déséquilibrera ses plans de conscience et créera une tension qui, en s’accentuant,
créera un déséquilibre émotionnel et/ou affectif, puis des problèmes énergétiques et enfin une maladie qui s’extériorisera physiquement.

Au départ on s’écarte de son but d’incarnation et au final on se culpabilise (inconsciemment) et on provoque une maladie afin de prendre conscience que nous ne
sommes plus sur notre voie. Selon le type de maladie, il y a quelque chose à comprendre qui aide à ne plus reproduire le schéma négatif qui a amené jusqu’à cette maladie. Ni Dieu, ni les astres ne sont responsables de quoi que ce soit. Il est grand temps d’assumer nos actes et de grandir. Si vous vous éveillez et si vous devenez conscient, vous resterez dans les énergies de votre but d’incarnation et vous n’aurez plus besoin d’être malade pour tirer les leçons de votre existence. Cela est une autre histoire ...


QUELQUES CAUSES SPIRITUELLES DES MALADIES

Voici une approche des causes spirituelles (et/ou karmiques) des principales maladies avec les correspondances astrologiques (selon les recherches de Pierre Lassalle, Louise Hay et le Maître Hilarion)*. Il est bien évident que des recherches sont encore en cours et que cette approche ne constitue pas un diagnostic médical, que vous devrez toujours consulter votre médecin.

* Ces correspondances ne sont pas le fruit d’une imagination quelconque mais le résultat de l’expérimentation et des recherches individuelles de plusieurs années sur
l’anatomie, sur les chakras (travail psychique et spirituel en plus des recherches ésotériques)


Le coeur

Il est directement relié au chakra du coeur dont il est la contrepartie physique. Si vous n’exprimez pas ouvertement vos sentiments, vous fermez votre coeur (chakra) et vous risquez des problèmes cardiaques. A force de réprimer leurs émotions et leurs sentiments, beaucoup d’hommes ont des problèmes cardiaques car ils ferment leur chakra du coeur.

Le sang

Il représente l’énergie et symbolise la circulation des émotions et des sentiments dans le corps. Il est en analogie avec la planète Mars.

L’hypertension

(Analogie avec les planètes Mars/Jupiter) souligne une faculté d’aimer trop limitée (peu évoluée) et un manque de compassion. La personne devrait exprimer son amour pour tous ceux qu’elle rencontre et pour tout ce qu’elle voit. Il y a également une tendance à l’exagération et à tout empirer.

L’hypotension

(En analogie avec les planètes Mars/Saturne) montre également un amour limité mais dans le sens où cette personne est négative, et défaitiste, et qu’elle n’y croit pas ! (ou n’y croit plus). Elle a certainement eu des antécédents dans cette vie, ou dans une vie précédente, qui lui laissent croire qu’elle a raison.

L’anémie

(Analogie avec la planète Mars) est un manque de globules rouges et représente le refus d’utiliser ses dons ou talents au service de l’amour de son prochain. Un anémique d’un haut niveau spirituel doit accepter d’aimer autrui, de servir l’humanité et de devenir «spirituel » en guidant les autres.

Le cholestérol

(Analogie avec Saturne) correspond au durcissement de la nature amoureuse, à la rigidité, à la dureté et aux personnes qui se créent une carapace soit disant pour se protéger. Il faut devenir plus souple, plus ouvert et laisser couler ses émotions et l’énergie d’amour en soi. Pour tous les problèmes de sang il est recommandé de faire attention à sa nourriture.

Le système lymphatique

Il sert à purifier le sang ; son action est renforcée par le jeûne. Le système lymphatique est en analogie avec le signe des Poissons et avec Neptune. Les problèmes du système lymphatique montrent le refus de se débarrasser de vieux schémas négatifs, le refus de lâcher prise, de laisser s’écrouler de vieilles structures. Cela caractérise les gens qui ne voient pas l’intérêt d’évoluer, de progresser, de se purifier, de changer. On peut également être fatigué de quelqu’un ou quelque chose. Il y a un blocage pour avancer en général et souvent, les gens atteints d’un mal du système lymphatique sont reclus dans une façon de voir et n’acceptent même pas qu’autre chose puisse exister. Cela rejoint aussi les valeurs du sang car le sang est la vie et donc le moteur. Tout moteur encrassé n’avance pas, s’use.

Le système digestif

L’estomac représente la faculté de digérer les expériences de l’existence et d’accepter ce qui a été enseigné. Le ressentiment, l’aversion, l’inquiétude sont les principales causes des ulcères.

Les indigestions, les gaz, l’hyperacidité représentent des ressentiments de la colère refoulée. La cause de tout cela est le fait que vous interférez avec votre but de vie, que vous refusez de comprendre et d’aller de l’avant, ce qui empêche votre âme de progresser. L’estomac est en analogie avec le signe du Cancer et la Lune. La nourriture est en analogie avec la Lune et le signe du Taureau. Elle permet l’assimilation des leçons de la vie.

Les intestins représentent la faculté d’assimiler les expériences de la vie et lorsqu’il y a des problèmes intestinaux, cela signifie que vous avez refusé de comprendre certaines leçons de votre vie d’un point de vue évolutif. Les intestins sont en analogie avec le signe de la Vierge. La diarrhée, correspond à une peur, un rejet, ou encore un refus de lâcher prise. La plupart des médecins savent aujourd’hui que la cause apparente du cancer vient du fait que la personne a subi un grave choc émotionnel quelques mois ou quelques années avant et qu’elle n’a pas extériorisé ses émotions à cette époque. Il faut savoir également que le cancer est une autodestruction, ce qui rend la guérison difficile. Enfin, la cause spirituelle du cancer et que l’individu n’a pas assimilé au moins la moitié des leçons karmiques qui lui étaient proposées dans cette vie refusant ainsi l’évolution (même si cela est inconscient).

Le système reproducteur

Toujours d’après certains chercheurs ésotériques, les problèmes liés au système reproducteur viennent de la mauvaise utilisation de la sexualité dans cette vie, ou dans une précédente et/ou de la créativité. La culpabilité sexuelle apporte des maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA.

Problèmes d’ovaires ou de testicules : rejet de sa féminité ou de sa masculinité (selon le cas).
Problèmes liés aux organes sexuels en cas d’infection urinaire : colère envers le partenaire sexuel.

Pour permettre à une âme évoluée de s’incarner, il faut qu’il y ait beaucoup d’amour entre les deux partenaires au moment de l’acte sexuel. Sachez également que lorsqu’un homme et une femme font l’amour, ils échangent de l’énergie entre leurs chakras racines mutuels ; comme l’homme est émissif, sa partenaire
reçoit beaucoup plus qu’un simple bataillon de spermatozoïdes, car il lui projette également des énergies subtiles, plus ou moins polluées selon son état de conscience.

Le système reproducteur est en analogie avec le signe du Scorpion.

Le dos

Répartissez votre dos en trois parties.

Des douleurs ou des blocages dans le bas du dos indiquent que vous avez peur de l’argent, que vous vous sentez insécurisé, que vous avez peur de l’avenir et que vous
souffrez d’un manque de soutien financier.

Des douleurs ou des blocages dans le milieu du dos, signifient que vous avez un sentiment de culpabilité (à gauche envers une femme, à droite envers un homme), que vous avez l’impression d’avoir quelqu’un sur le dos qui vous pèse ou encore que vous avez des difficultés à vous débarrasser de votre passé.

Des douleurs ou des blocages dans le haut du dos, indiquent que vous vous sentez incompris par votre entourage ou que vous avez un manque de soutien affectif ou encore l’impression d’avoir trop de responsabilités lourdes à porter en ce moment.

La colonne vertébrale
Elle est constituée de bas en haut du coccyx, du sacrum, de 5 vertèbres lombaires, de 12 vertèbres dorsales et de 7 vertèbres cervicales. (Anatomiquement : 7 vertèbres cervicales, 12 vertèbres thoraciques ou dorsales, 5 vertèbres lombaires, 5 vertèbres sacrées, 4 vertèbres coccygiennes).

Partageons-la en trois parties.
La première partie comprendra le coccyx, le sacrum et les cinq vertèbres lombaires, ainsi que les deux vertèbres dorsales les plus basses (D12 et D11) : ce sera la partie physique.
La seconde partie comprendra les dix autres vertèbres dorsales et la vertèbre cervicale la plus basse (C7) : ce sera la partie émotionnelle.
La troisième partie comprendra les six autres vertèbres cervicales : ce sera la partie mentale.

Première partie (physique)

Le coccyx et le sacrum sont reliés à la partie physique du corps qui est comme fixée et inchangeable. D’autre part, le sacrum est relié au système circulatoire. Situées tout en bas du rachis, les quatre vertèbres coccygiennes (ou du coccyx) soudées en un seul os, se sont atrophiées par manque de mouvement caudal.

Les trois vertèbres lombaires les plus basses (L3, L4 et L5) sont connectées au système respiratoire, poumons inclus. Les deux autres vertèbres lombaires (L1 et L2) et la vertèbre dorsale la plus basse (D12) correspondent à la musculature. La vertèbre dorsale immédiatement supérieure (D11) correspond au système digestif.
Les cinq vertèbres lombaires situées au milieu du dos forment la dernière partie mobile ou pivotante de l’axe vertébral. La cinquième lombaire est la plus digne d’intérêt par le privilège qu’elle a de faire souffrir de nombreux humains. Elle repose sur la première vertèbre sacrée et n’est séparée d’elle que par le disque dit « sacré » : c’est le véritable tampon amortisseur de tout le châssis humain. Ces vertèbres représentent chacune l’un des éléments que la Tradition désigne par le Feu, la Terre, l’Air, l’Eau et l’Ether. Le groupe des lombaires dans son ensemble est régi par le signe de la Balance puisque l’équilibre du corps se réalise à ce niveau-là, siège du centre de gravité du corps.

Les cinq vertèbres suivantes sont dites sacrées parce que le sacrum, avec lequel s’articulent les os iliaques pour former le bassin, protège l’organe glandulaire où
sommeille l’énergie sexuelle sacrée, Kundalini, qui s’y trouve lovée, tel un serpent.

Deuxième partie (émotionnelle)

Les quatre vertèbres dorsales immédiatement supérieures (D10, D9, D8 et D7) correspondent à la capacité d’aimer. Elles signifient la capacité de laisser couler
l’énergie d’amour dans votre chakra du coeur (ne pas confondre le désir et l’amour).
Les trois vertèbres dorsales immédiatement supérieures (D6, D5 et D4) représentent la capacité d’exprimer la joie, l’humour, le rire et l’exaltation ; c’est la faculté de ne pas se prendre au sérieux et de considérer la vie comme un jeu, en l’aimant. Les trois dorsales restantes (D3, D2 et D1) représentent la faculté de s’élever au dessus des limitations terrestres, grâce à la foi, à l’espoir et à la confiance en l’univers.

La plus basse des cervicales (C7) est reliée à la faculté de dévotion, à la capacité de se laisser pénétrer par l’énergie divine, par l’émotion divine.

Troisième partie (mentale)

La vertèbre cervicale immédiatement supérieure (C6) représente la raison, la logique, l’esprit rationnel. C’est le mental inférieur.
La cervicale suivante (C5) symbolise la vision globale de synthèse qui permet de prendre de la hauteur pour mieux analyser une situation.
La cervicale suivante (C4) est connectée avec la faculté de connaissance instinctive de l’essence des choses et des êtres.
La cervicale suivante (C3) est reliée à la capacité de percevoir une vérité spirituelle.
La cervicale suivante (C2 ou Axis) est reliée à la largeur de vue dont vous disposez (largeur d’esprit).
Enfin, la dernière cervicale (C1 ou Atlas) représente l’étincelle divine en chacun de nous et la possibilité de se connecter à notre âme.

Le Pancréas

Le rôle du pancréas est notamment d’équilibrer le taux de « sucre » dans le sang. Si vous mangez trop de sucre, cela provoque des désordres dans votre organisme et une hypersécrétion de l’insuline créant des désordres dans votre organisme et une hypersécrétion de l’insuline créant des phases d’hypoglycémie. Si le pancréas était faible à la naissance, il arrive un moment où le pancréas ne peut plus fournir l’insuline et il en résulte le diabète.
Le diabète qui se déclare dans l’enfance ou la jeunesse est karmique est dû à une vie passée lors de laquelle l’individu ne s’est rien refusé (excès sensuels, passionnels ou violence et toutes formes d’expression négative de soi).

Le Pancréas est l’extériorisation physique du centre solaire. Ce centre psychique possède une autre extériorisation secondaire au niveau de l’estomac et l’énergie prise par lui ou par la rate influencera fortement l’activité de l’estomac, du foie, de la vésicule biliaire et du système nerveux en général.

D’un autre côté, les fausses attitudes émotionnelles contribuent à engendrer des maladies surtout localisées dans l’estomac, le pancréas, le conduit biliaire, le foie et les intestins. Cela est dû en grande partie aux violences de l’irritation constante et de la colère, ainsi qu’aux soucis de la vie quotidienne, de la peur sous toutes ses formes, de la tendance destructrice à juger ou à critiquer. Bref, tout cela génère dans le sang des toxines dont il est relativement difficile de se débarrasser si les habitudes négatives dans la façon de vivre et de penser ne sont pas profondément transformées par l’amour, la tolérance ou le sens de la fraternité.
C’est dans le centre solaire et le plexus du même nom que se trouve la cause principale des maladies dites psychosomatiques et on peut dire que 80% de ces maladies proviennent dans nos grandes villes de causes exclusivement émotionnelles.

Le Foie

Il est le siège des émotions les plus négatives. Le mécontentement, les colères ou l’indifférence, l’amertume, la somnolence, la jalousie, l’envie, la méchanceté où l’on est habile à détruire et à enterrer, l’inflammation de la commissure des lèvres, viennent d’un méridien du foie dont les ondes sont trop puissantes ; la lassitude, une difficulté pour marcher, l’irritabilité, la tristesse, l’envie, la maladresse, les palpitations, le manque d’envie de parler qui pousse à se tourner vers son « Moi », les tremblements, le montrent avec des ondes trop faibles.

Les problèmes de foie viennent généralement d’une colère contre soi, dissimulée dans une colère vis-à-vis de quelqu’un d’autre, résultant d’un conflit entre l’âme et le mental. Si vous naissez avec un foie faible, cela signifie que dans une précédente vie il y a eu désaccord entre votre âme et le mental d’alors. Parfois il y a même eu déraison voire déséquilibre psychique. La jaunisse aurait cette cause.

Si dans cette vie actuelle vous subissez un préjudice et que vous ne savez pas y remédier, une jaunisse peut se déclencher. Le foie est lié à la foi.
La Foi en l’univers permet de laisser couler les émotions négatives afin de purger le foie. Le foie, en médecine chinoise, est le « Général-qui-commande-la-défense-extérieure ». Il est le secret et maître de la ruse. Il régit le sens de l’orientation, l’acuité visuelle (vos colères et vos soucis se dégagent par les yeux qu’ils obscurcissent).

Le foie a 35 fonctions. Il déteste les querelles... mais aussi le trop grand silence ; il a besoin d’un fond musical en sourdine qu’il n’écoute pas mais cela le calme.
En anatomie médicale, le foie secrète quotidiennement la bile, il transforme et « humanise » toutes les substances pénétrant dans notre corps pour qu’elles nourrissent nos cellules sans les blesser, il reçoit la totalité des matières digérées et les contrôle rigoureusement, il rejette les excédants et les résidus alimentaires, il intercepte, neutralise et expulse vers l’intestin toutes les substances toxiques, il détruit les bactéries ; Le foie neutralise aussi bien les poisons dus à l’activité cellulaire ou musculaire que les poisons venus de l’extérieur : alcool, médicaments, viande, charcuterie etc.
Le foie régularise la circulation sanguine de la même manière qu’un barrage ordonne le cours d’un fleuve. Semblable, il éponge, il réduit les congestions sanguines qui
pourraient gêner le fonctionnement du coeur. Le foie dose la quantité d’hormones du sang, métabolise graisses et protides, stocke les vitamines et le sucre en sorte qu’ils soient toujours prêt à reprendre « du service ».

Le foie assure la permanence de notre température interne. Le foie produit un certain nombre de substances essentielles au sang : la prothrombine
et la fibrine qui lui permettent de coaguler, l’héparine, qui le rend fluide, la globuline élément qui le protège et le défend contre diverses infections.
Le foie est responsable de l’équilibre sanguin, il régularise la teneur en fer de nos globules.
Le foie véhicule les états d’âme et lorsque ces états sont faibles ou colériques (colère extérieure ou intérieure), l’oeil peut se voiler et se « fermer ». On ne voit plus. C’est soit un refus de voir ce qui va se passer avec un laxisme, soit un refus momentané le temps de « voir de nouveau », il y a toujours à cette période de vue diminuée une recherche accrue de l’autre oeil ce qui fatigue et peut donner des maux de tête.

La rate

C’est un entrepôt de sang, donc d’énergie. Les problèmes de rate montrent un manque de capacité à exprimer l’amour ou une obsession. (Sentiments négatifs ayant besoin d’être purifiés).

Les reins

Ils représentent la capacité d’exprimer, d’extérioriser tout ce que l’on a en soi. Ceux d’entres vous qui n’expriment pas leurs dons, talents, capacités, désirs ou croyances s’exposent à des troubles rénaux. Tout ce qui est réprimé ou refoulé (même les connaissances) affaiblit les reins. Les reins sont reliés au signe de la Balance.

Le bassin

Il représente les aspects créateurs et procréateurs de l’individu. S’il y a un problème à ce niveau, cela signifie que le chakra racine ne fonctionne pas correctement. Cela est généralement dû à des schémas négatifs concernant la sexualité. Il est en analogie avec les signes du Sagittaire et du Scorpion.

Les jambes

Elles représentent la personnalité, le Moi inférieur. Dans la jambe se trouvent deux os : le tibia en avant et le péroné en arrière.
Pour une femme, le tibia la représente en tant que femme et le péroné symbolise sa part masculine inconsciente. Pour un homme, le tibia le représente en tant qu’homme alors que le péroné montre sa part féminine inconsciente. Il est important de savoir que toute la partie gauche de l’être humain représente les énergies yin ou féminines, et toutes les femmes de sa vie, alors que la partie droite symbolise les énergies yang ou masculines et tous les hommes de sa vie.

Exemple : si un homme se casse le tibia gauche, cela signifie qu’il a quelque chose à comprendre par rapport à une femme (gauche = sa femme, sa mère, etc.) et à sa
masculinité, son affirmation de soi ou son pouvoir de décision et d’action.

Les genoux

Symbolisent le lien entre l’âme et la personnalité, et la qualité de ce lien. S’il y a un problème de genoux, cela montre que l’individu s’éloigne de son but d’incarnation et qu’il refuse d’évoluer. D’une certaine manière, son ego souhaite couper la communication entre l’âme et la personnalité (séparation).

Avec ce symbolisme, vous avez compris ce que signifie « se mettre à genoux » car lorsque vous êtes ‘à genoux » les jambes (la personnalité) s’effacent afin de mettre en avant les cuisses (l’âme). Voilà pourquoi ce geste est effectué depuis des milliers d’années, montrant que l’individu se met au service de son âme.

Les pieds

Représentent l’ancrage, la connexion à la Terre et la manifestation ; les problèmes aux pieds symbolisent un refus d’avancer, d’évoluer, ou la peur de stagner dans la vie. Ils sont en analogie avec le signe des Poissons. 

Le tabagisme

Le fait de fumer est fréquemment lié à un problème de sevrage et il faut travailler le détachement vis-à-vis de sa mère pour s’en débarrasser. Dans certains cas il peut être lié au père.

L’alcoolisme

Le fait de s’enivrer est généralement lié à un problème avec son père ; il faut pratiquer le détachement avec son père pour s’en débarrasser. Le fait d’avoir une
accoutumance à l’alcool a un lien avec le père, l’autorité et les valeurs du foie. Le foie contenant l’hérédité, le passé, il faut chercher les causes plus loin que le « père ».

L’angine

Elle représente la peur de s’exprimer ou de demander quelque chose à ses parents ou à son partenaire.

Le rhume

Il se déclare lorsque vous êtes dans une période de confusion ou à la suite d’une peur ou d’une culpabilité. Le nez qui coule représente des pleurs et une purification
nécessaire.

Les dents

Les maux de dents représentent les difficultés à prendre des décisions

Les maux de tête

Ils représentent une résistance au courant de la vie ou à son but d’incarnation ou au changement. Parfois autocritique et dénigrement de soi, manque d’amour pour soi.
Pour la migraine il est reconnu qu’elle s’accompagne de troubles digestifs et que la crise se termine par des vomissements, des nausées. La migraine relève la plupart du temps d’une auto-intoxication par défaillance du métabolisme ou par l’usage d’aliments auxquels on est allergique (Docteur Janine Fontaine : Les Maux Méprisés).

Autre cas

  • Une sciatique à droite peut indiquer un conflit avec le conjoint, le père, l’employeur, une administration ... il faut visualiser « le coupable » et balayer par un grand coup de pied afin d’ôter toutes vibrations négatives. Le côté droit représente tout ce qui est autorité, le principe masculin, le père, les décisions, la directive. Le côté gauche sera féminin, le principe sensible, intuitif, lié au foie et au système cardio-vasculaire. (Ceci est à titre d’exemple et dans chaque cas de visualisation il y a toujours la respiration à travailler. La respiration = le souffle.) Les chercheurs sont conscients que ceci ne représente pas une « panoplie » complète mais une base suffisante pour comprendre la véritable cause des maladies. Il existe bien d’autres cas, le corps humain étant rempli de secrets. « Aller à la rencontre de son âme est le plus beau des voyages car c’est la rencontre avec l’amour et la lumière. Depuis la nuit des temps l’âme espère ce rendez-vous entre l’Homme et le Divin. Pour entamer le voyage il suffit de se mettre à l’écoute de la «petite voie » intérieure qui cherche à se faire entendre. Ecoutez-là, ses paroles sont douces comme du miel et son ton est chaud comme l’amour ». Uriel.

 

extrait "LE JOUR SE LEVE" édition 1998

Lire la suite

Comment les organes du corps sont-ils liés aux émotions ?

16831906 925305584270654 1803284119526423360 n

Article posté par Vanessa dans mon groupe "Guidances et Soins énergétiques"


Il est bon de garder ses émotions sous contrôle pour jouir d’une bonne santé, car nos organes intérieurs peuvent aussi être affectés par nos états émotionnels.

Vous êtes-vous déjà demandé comment les émotions influent sur les organes de votre corps ?

Selon la médecine chinoise traditionnelle, notre corps répond à chaque stimulation, intérieure ou extérieure, qui génère une tempête de réactions.
Notre organisme n’est pas uniquement conçu pour métaboliser les fonctions basiques de transformation des aliments en énergie pour notre survie.
Il transforme aussi toutes les stimulations et génère une réponse positive ou négative, qui affecte tous les organes dont il est composé.
En plus des stimulations physiques qu’il reçoit à travers les sens, se trouvent les émotions ou les sentiments qui, même s’ils semblent ne rien affecter physiquement, entraînent des réactions qui stimulent ou inhibent certains organes de notre corps.
C’est un processus sain mais quand les émotions sont graves, négatives et prolongées, elles peuvent nuire aux organes et les rendre encore plus vulnérables face à des maladies.

Les organes et les émotions qui les affectent

Comment les organes du corps sont-ils liés aux émotions ?


Le processus de détérioration de n’importe quel organe a un lien direct avec les émotions et les sentiments que nous expérimentons.
Si vous tenez compte que lorsqu’un organe est affecté, il déséquilibre tout notre corps, il est important de connaître la cause émotionnelle qui l’affecte, pour travailler à la guérison.
Cela implique de changer l’état de nos émotions et de les transformer en pensée positives.
Dans cet article, nous allons vous expliquer quels sont les organes et les émotions qui peuvent les affecter.

Voici comment les organes du corps sont-ils liés aux émotions :


1. Cœur et intestin grêle : la joie

Selon la médecin traditionnelle chinoise, la joie est l’émotion qui est liée à deux organes.
En accord avec les processus du corps, le cœur régule le sang et contrôle les vaisseaux sanguins. L’intestin grêle, lui, est chargé d’absorber les nutriments et les minéraux des aliments.
Même si une émotion saine comme la joie stimule le fonctionnement de ces organes, les excès qui en proviennent peuvent entraîner les phénomènes suivants :

  • Nervosité
  • Tachycardie
  • Insomnie
  • Manque de concentration

Les personnes qui ont ces organes affectés sont souvent des personnes sensibles, extraverties et bavardes, qui ont des émotions débordantes et une émotivité accrue.
Prendre soin de son euphorie, de son agitation, de son excitation ou de son excès d’émotivité aidera au bon fonctionnement de ces organes, essentiels pour notre corps.


2. Le foie et la vésicule biliaire : la colère
 

La colère, comme toutes les émotions dérivées, est associée à ces organes.
Le foie est chargé de stocker le sang et de réguler la circulation de l’énergie vitale. La vésicule biliaire, quant à elle, accumule et secrète la bile.
Si vous avez des problèmes avec ces organes, peut-être que vous êtes une personne très dynamique, mais excessivement préoccupée et qui peut même réagir avec agressivité.
En plus de la colère, vous devrez faire attention aux sentiments de frustration et d’indignation.
Il faut savoir qu’un foie qui fonctionne normalement produit une énergie génératrice et libératrice.


3. La rate et l’estomac : l’obsession


Ces organes sont liés à l’obsession, à la nostalgie et à la réflexion.
Alors que l’estomac transforme les aliments, la rate, qui fait partie du système lymphatique, lutte contre les infections et maintient l’équilibre des liquides dans le corps.

Celleux qui souffrent de maladies en lien avec ces organes sont des personnes tranquilles et calmes mais qui ont des difficultés à prendre des décisions.
L’équilibre de l’énergie entre les deux organes favorise la compassion et l’empathie.


4. Le poumon et le gros intestin : la tristesse


Ces organes sont liés à la mélancolie, à la tristesse et à l’affliction.
Les poumons régulent la respiration et l’intestin s’occupe de la digestion, de l’absorption des nutriments et de l’immunité de l’organisme.
Si vous avez des problèmes avec ces organes, peut-être que vous êtes une personne indépendante et très rationnelle, mais vous avez tendance à vous renfermer dans votre propre monde intérieur.
Des symptômes physiques peuvent apparaître, tels que le manque d’appétit, l’oppression dans la poitrine ou le dégoût.


5. Les reins et la vessie : la peur


Les reins sont associés à la peur et à l’angoisse. Ces organes se chargent de l’évacuation des déchets dans le sang, alors que la vessie stocke l’urine et contrôle l’excrétion.
Certaines personnes, qui présentent une douleur lombaire, une fragilité et d’autres symptômes, peuvent passer par des situations d’incertitude.
Maintenir l’équilibre de l’énergie rénale permet de développer la confiance en ses capacités propres.
Maintenant que vous connaissez les émotions qui affectent les organes du corps, vous pouvez travailler pour les transformer en pensées positives et favoriser la guérison de votre organisme.

Chiromancie : étude de la consistance de la main

Capture 360

Article posté par Vanessa sur mon groupe "Guidances et Soins énergétiques"


Lors de la pratique de la chiromancie, il existe de nombreuses façons d’en apprendre plus sur quelqu’un en étudiant la consistance de sa main, pour venir compléter la lecture des lignes. Personnalité, traits de caractère, psychologie : la consistance de la main pour la chiromancie en dit long sur la personne à qui elle appartient.
 

Main maigre

Psychologie 
Celui qui a la main maigre a une vitalité plutôt faible, ce qui se traduit par un manque d’énergie générale et une tendance à se fatiguer rapidement.
Lorsque la main est également mince ou raide 
Cela traduit un caractère assez rigide. La personne se montre souvent têtue, inflexible, et assez froide avec son entourage.
 

Main flasque 

Psychologie
Une main flasque est souvent symptomatique d’un manque d’énergie et se ressent lors de la poignée de main. Elle témoigne d’une difficulté à prendre des décisions concrètes, ainsi qu’une tendance à rêvasser.
Lorsque la main est également épaisse 
Les mains flasques et épaisses trahissent généralement une personnalité prône aux excès en tout genre, qu’il s’agisse de drogues, de la nourriture ou des plaisirs de la chair.

 

Main molle

Psychologie 
Avoir une main molle, c’est avoir plus de capacités intellectuelles que physiques, ainsi qu’une imagination fertile. Lors de la poignée de main, les os ne se ressentent pas et, selon ce que dit la consistance de la main pour la chiromancie, cela signifie parfois une certaine fragilité.
Lorsque la main est également plate
À l’inverse de ceux qui ont les mains épaisses, les personnes aux paumes plates sont souvent dépourvues de sexualité.

 

Main elastique

Psychologie 
Quelqu’un qui a une personnalité flexible et est d’un naturel enjoué, qui s’adapte facilement et fait souvent preuve d’une attitude positive. La personne qui possède une main élastique aime entreprendre et possède de véritables talents créatifs.
Lorsque la main est également épaisse
Il s’agira d’une personnalité conviviale, dégageant une belle énergie et avec une véritable facilité à nouer des liens avec les autres.

 

Main ferme

Psychologie
A l’image de sa poignée de main, celui qui possède une main ferme a un caractère souvent affirmé et une forte personnalité. Il a les pieds sur terre et possède un grand sens de l’adaptation, qu’il doit à son ouverture d’esprit.
Lorsque la main est également épaisse 
En plus d’avoir un équilibre à tout épreuve au quotidien, la personne sera plus chaleureuse, ce qui se traduira, entre autres, par un appétit sexuel important.

 

Main dure

Psychologie
Posséder une main dure se traduit dans la chiromancie par une tendance au déterminisme, voire à l’entêtement. L’individu se montre souvent exigeant, le plus souvent avec les autres. Physiquement, celui qui a la main dure est vigoureux et costaud.
Lorsque la main est également épaisse 
Cela traduira un caractère enclin à l’agressivité et à la colère. L’individu est alors plutôt égoïste et tourné vers lui-même, pensant avant tout à son plaisir personnel, avec un penchant pour le matérialisme.

 

Main creuse

Psychologie 
Celui qui a la main creuse est d’un naturel généreux et prend plaisir à donner. D'après ce que dit la consistance de la main pour la chiromancie, s’il manque d’argent, il aura tendance à tout risquer, ce qui lui apportera soit une grande richesse, soit une grande pauvreté.

Conférence "T.I.P.I" - Marie Annick Gaudaré

Logo tipi 10x10 copie

Qu’est ce que T.I.P.I. ?

Je suis allée à une conférence Jeudi 15 Décembre 2016 organisée par l’association AZA54.fr et animée par Marie-Annick GAUDARE (Praticienne et formatrice TIPI en situation depuis 2013 – formatrice à TIPI pour les petits et en cours de validation pour TIPI en direct).

Au premier abord, j’y suis par pure curiosité, car comme vous le savez, tout m’intéresse et tout est pour moi source d’apprentissage. J’ai été, tout au long de cette conférence attentive et intéressée par cette méthode peu connue et pourtant si simple d’utilisation, car oui, cette Technique d’Identification Sensorielle des Peurs Inconscientes est une technique efficace que tout le monde peut pratiquer sur soi-même et pour soi-même. C’était d’ailleurs le but de cette soirée d’information : Nous permettre de repartir avec une technique précise et claire.

Contrairement à l’E.M.D.R., pas besoin de remonter à la source de la situation qui a provoqué chez nous un choc émotionnel, il suffit juste d’accueillir l’émotion du moment sans chercher à comprendre pourquoi nous réagissons de la sorte et surtout de ne rien contrôler dans ce que notre corps veut nous exprimer. Bien au contraire, notre rôle sera de l’accompagner jusqu’à un total apaisement. Vous trouverez plus loin et plus en détail, le protocole à suivre.

Nous sommes tous capables de réguler nos émotions … mais parfois pour des raisons inconscientes, un blocage s’opère et il nous est impossible d’aller plus loin dans notre guérison intérieure.

Ces blocages concernent en fait toutes nos difficultés émotionnelles récurrentes, celles qui remontent à la moindre occasion : nos peurs, nos angoisses, nos phobies, nos anxiétés, nos stress, nos agacements, nos violences, nos inhibitions…

Qu’il s’agisse d’un choc suite à un accident ou d’une rupture affective douloureuse et que les mois qui suivent sont douloureux, le traumatisme s’efface peu à peu, et, nous pouvons en douceur reprendre goût à la vie.  Etant tous uniques et différents, ce n’est pas possible pour tout le monde. Alors que certaines personnes vont vers le meilleur, d’autres au contraire sombrent de plus en plus dans la douleur, la réaction émotionnelle et tout ce qui va avec.

Luc Nicon, au cours de ses recherches sur les difficultés d’apprentissage, a identifié une capacité naturelle qui est à notre disposition pour revivre sensoriellement l’origine de chacun de nos blocages émotionnels pour les réguler définitivement.

Capture 345

Fondateur de l’association Tipi (Technique d’identification sensorielle des peurs inconscientes)

Auteur de :

  • Comprendre ses émotions (juin 2003)
  • Tipi (juin 2007)
  • Revivre sensoriellement (juin 2013)

Sa formation initiale de gestionnaire a rapidement laissé place à son intérêt pour l’humain.
Scénariste pour le cinéma, auteur et metteur en scène de théâtre, homme de radio, il s’est finalement spécialisé en pédagogie et en communication comportementale en milieu scolaire, professionnel et sportif.

Étalées sur plus de 25 ans, ses nombreuses recherches sur les mécanismes émotionnels l’ont amené à créer et développer Tipi, une technique permettant de revivre sensoriellement l’origine des peurs inconscientes. Cette technique est aujourd’hui mise en œuvre partout dans le monde par des médecins, des thérapeutes, des coaches.

Aujourd’hui, avec Revivre sensoriellement, son dernier livre, il nous propose d’utiliser l’essentiel de ses découvertes, par nous-mêmes, en complète autonomie.

(Source : http://emotionforte.com/a-propos-de-luc-nicon/)


Tipi permet de revivre sensoriellement l’origine de nos blocages émotionnels pour les réguler définitivement.

Ce que j’ai aimé dans cette technique c’est sa simplicité et sa rapidité, moins de 2 mn dans la mesure où nous mettons de côté notre mental. Elle permet de désactiver les difficultés émotionnelles et comportementales. Elle peut se faire en complète autonomie.

L’ensemble de la démarche est présenté dans les livres de Luc Nicon, “Revivre sensoriellement” et “Tipi : Technique d’identification sensorielle des peurs inconscientes” parus aux Editions Emotion Forte.

Ce qui est intéressant également c’est qu’on peut utiliser Tipi chez les tout petits (de 2 à 8 ans), puisque l’on fait appel à notre cerveau reptilien, celui où l’on stocke nos émotions depuis notre vie prénatal et qui se développe qu’à partir de 7-8 ans. Tous les parents et les professionnels en contact avec de très jeunes enfants peuvent rapidement et facilement apprendre à faire Tipi pour les petits. Pour se faire, des formations sont proposées sur le site de TIPI.PRO


Parlons maintenant de la technique proprement dite !

  1. Situation de départ

Pour démarrer une session TIPI, la première question à se poser est « quel est le problème que je veux résoudre ». Cette étape est très importante car le problème doit être clairement identifié pour pouvoir le résoudre.

Une fois le problème défini, il faut arriver à retrouver des sensations physiques qui lui sont associées. Pour y accéder, je dois retrouver une situation concrète, précise et représentative du problème à traiter. En clair ; "ce jour là, à ce moment précis, il m'est arrivé ça".
Ensuite, il faut cibler le moment le plus intense de cette situation. Par exemple pour une phobie de l'ascenseur cela peut être : "c'est au moment ou les portes se referme que cela devient insupportable".

  1. Mise en sensation

Cette étape est très importante, car pour accéder à la peur initiale, il faut partir d’un ressenti précis. Pour cela il est nécessaire de revivre le moment précis que l'on a ciblé auparavant. Revivre, ce n'est pas se souvenir de l'événement ou se rappeler des sensations ressentis, ce n'est pas non plus visualiser la situation. Revivre, c'est y être à nouveau dans l'ici et maintenant.

  1. Cheminement

Quand la personne est dans le revécu de la situation, la consigne est alors de ressentir ce qui se passe dans son corps. Une fois que l'empreinte sensorielle (plusieurs sensations associés) est bien présente, la personne doit lâcher la situation de départ et se recentrer sur son ressenti corporel.
Ensuite, il s’agit de rester spectateur de ses sensations corporelles et de les laisser évoluer sans intervenir. Un des pièges à éviter est d’interpréter les sensations. Une sensation c’est par exemple : j’ai le cœur qui bat fort, j’ai envie de pleurer, j’ai mal à mon épaule, je me sens tiré vers l’arrière, etc …  Ce n’est pas : Je me sens humilié, je ne suis pas à la hauteur, etc…

Si vous restez connecté à vos sensations, celle-ci vont évoluer et il vous suffira de suivre cette évolution. Il est possible qu’il apparaisse des ressentis désagréables : douleurs, envie de pleurer, peurs, etc… Ces sensations ne sont pas dangereuses et le fait de rester dans la sensorialité permet de les regarder avec un détachement suffisant pour ne pas être « envahi ». Dans certain cas, il peut y avoir un revécu de perte de connaissance qui se traduit par « je ne sens plus rien, plus rien ne vient » dans ces cas là, il ne faut pas interrompre le vécu et affiner ses sensations de ce « rien » afin de traverser cette perte de connaissance et lâcher ce vécu traumatique.


Dans tous les cas le revécu ne doit pas dépasser 5 minutes. S'il n'y a pas apaisement au bout des 5 minutes, c'est que le protocole n'a pas été bien suivi, ou alors, c'est qu'il y a une deuxième empreinte sensorielle. IL faut de toutes façons arrêter le processus et recommencer une deuxième séance.

  1. Retour au calme

Après la traversée qui peut être plus ou moins rapide et plus ou moins intense, la personne sent qu’elle est arrivée à destination. Elle ressent un profond apaisement ainsi qu’une fatigue due au relâchement des tensions. Si la personne est bloquée ou trop fatiguée pour arriver à ce stade, il est préférable qu’elle stoppe le revécu dans un moment de faible intensité et qu’elle le reprenne plus tard. 

  1. Validation

Après la phase de revécu, il est nécessaire de vérifier la guérison, pour cela la personne se remet en contact avec la situation qui a permis la mise en sensation et vérifie qu’il ne reste plus rien.

Si ce n’est pas le cas cela veut dire qu’il y a une autre peur qui n’est pas traitée. Dans ces cas la il faut refaire une exploration et un autre cheminement. Si la personne est trop fatiguée, il est préférable de la laisser se reposer avant de reprendre. 

(Source : http://www.hypnose-aurillac-cantal.fr/la-technique-tipi.php)


 

 

Quand ce n’est pas le coeur qui pleure, c’est le corps

14657432 844231245711422 3964449501850909164 n

Article posté par Vanessa sur mon groupe "Guidances et Soins énergétiques"


Les maladies et les émotions sont liées ; les émotions ne surgissent pas de nulle part, mais dépendent de notre façon d’interpréter ce qui nous arrive. De ce fait, certaines de nos réactions peuvent donner lieu à des symptômes physiologiques. De la même façon que les maladies physiques influent sur notre humeur et qu’elles génèrent en nous de la crainte, de la peur ou de l’inquiétude, de nombreux problèmes reflètent la façon dont on se sent dans notre corps.

Quand la relation corps/esprit se voit altérée dans son harmonie en raison d’émotions déplaisantes, de sentiments négatifs, de faible estime de soi et de situations de stress, les maladies psychosomatiques apparaissent. Elles sont considérées comme des maladies physiques dont l’apparition et l’évolution peuvent être liés à des facteurs psychologiques. Lorsque l’on parle de symptômes psychosomatiques, on fait référence aux maladies physiques qui ne peuvent pas être diagnostiquées médicalement.

La projection des émotions du corps

Les troubles ou altérations de l’organisme peuvent se manifester de différentes façons, et sont liés à des facteurs d’ordre psychologique :

  • Les maladies digestives : le syndrome du côlon irritable ou de l’intestin irritable, lié à la colère et l’agressivité.
  • Les maladies cardiovasculaires : elles sont liées à l’euphorie, l’hystérie, l’excitation, l’hypersensibilité et la nervosité.
  • Les maladies respiratoires : en dépression, face à la surprise, la respiration se coupe, l’émotion s’éteint, et l’angoisse se fait étouffante.
  • Les maladies endocriniennes : elles sont provoquées par des déséquilibres émotionnels tels que l’anxiété, le doute, le scepticisme et la jalousie.
  • Les maladies génito-urinaires : elles sont liées à la peur, au manque d’estime de soi, à la timidité et au désespoir.
  • Les maladies dermatologiques ou cutanées : on développe ce genre de maladies lorsque l’on présente des difficultés pour communiquer, ou encore un excès d’autorité et de domination sur les autres.

«Il ne faut pas se demander quelle maladie a une personne, mais qui est la personne qui a une maladie»

Quand les émotions se taisent, le corps crie

La manifestation physique d’une maladie et son développement dépendent de notre humeur et de la façon que l’on a d’affronter psychologiquement la maladie. Dans le cas du cancer ou de la fibromyalgie, il a été prouvé que le fait d’apprendre à gérer ses émotions et de retrouver un certain équilibre émotionnel aide le patient à récupérer.
Quand les émotions ne s’expriment pas, la mentalisation des émotions est déficitaire, et les sensations corporelles sont peu voire nullement associées aux états mentaux.
Lorsque l’on est incapable d’exprimer ses émotions, on parle d’alexithymie ; ce trouble regroupe des symptômes observés chez des personnes présentant des maladies psychosomatiques, et donne lieu à une difficulté à identifier et à décrire les émotions, de même qu’à une imagination appauvrie.

Les différentes causes de l’alexithymie incluent des traits héréditaires, génétiques, neuronaux, des lésions cérébrales ou des traumatismes. Les personnes touchées par l’alexithymie sont souvent décrites par les autres, et même par leurs proches, comme froides et distantes. Elles manquent d’habilités empathiques et ont de grandes difficultés à comprendre et à répondre efficacement aux sentiments des autres.

La répression émotionnelle

L’alexithymie présente un phénomène de répression émotionnelle, phénomène qui pousserait certaines personnes à maintenir des expériences douloureuses ou désagréables hors de la conscience. Ces personnes-là se servent de cette répression émotionnelle comme d’une stratégie de défense et auraient par conséquent un accès plus restreint à leurs souvenirs émotionnels, et plus particulièrement aux souvenirs les plus négatifs, les plus désagréables.

Le blocage émotionnel, c’est la réponse que donnent de nombreuses personnes à une souffrance vécue comme menaçante ou grave, reflétée dans la difficulté de reconnaître et de réguler leurs émotions, dans le but de se protéger elles-mêmes contre la souffrance. Or, un tel comportement ne les protège pas, mais a de graves conséquences cliniques et sociales. Ce que la bouche tait, le corps le crie.

La majorité des maladies, nous la générons nous-même du fait de nos émotions non libérées

MALADIE / Le mal qui a dit le lien entre nos émotions et la maladies

14291866 828427947291752 6758904726165114997 n

Le point de vue yogique est de regarder le corps comme un instrument de développement spirituel. Comme chaque instrument notre corps a ses propres règles et son langage. C’est seulement par l’ignorance que nous ne pouvons (ou ne voulons) pas entendre et comprendre ses messages. Il est devenu normal aujourd’hui de réagir sur une maladie ou une douleur avec une action répressive. Et si on essayait par un système de « décodage corporel » trouver la cause d’une maladie qui se trouvent toujours dans le psychisme ?


Les étapes de formation d’une maladie

1. Psychique : le stade causal, quand le déséquilibre apparaît au niveau du subconscient. Ce déséquilibre est lié à une conception de l’ego en interaction avec le monde extérieur
2. Énergétique : le déséquilibre du système des canaux énergétiques (nadis).
3. Neuroendocrinien : le dysfonctionnement du système neuroendocrinien (le déséquilibre apparaît au niveau du corps physique ;
4. Endotoxique : le développement des toxines dans les différentes parties du corps ;
5. Visible symptomatique : l’apparition des symptômes cliniques de la maladie ;
6. Terminal : la destruction de l’organe malade.

Il n’est pas difficile de déduire auxquels des ces six stades la médecine occidentale intervient dans la plupart des cas. 

On voit ici que les symptômes qui apparaissent au niveau du corps sont les derniers cris du système pour se faire apercevoir. Et en réponse à ce crie le plus souvent on essaye de faire taire le corps au lieu de lui être gratifiant.


Dictionnaire des maladies 

Il existe aujourd’hui tout un ouvrage composé par Jacques Martel “Le grand dictionnaire des malaises et des maladies” qui permet de comprendre nos états intérieurs en faisant des observations extérieures. Ce livre est une sorte de guide pour comprendre ce qui se joue et de faire remonter en surface les choses que nous pourrions avoir tendance à refouler, ou à ne pas vouloir apercevoir. Toutes les émotions que nous refoulons à l’intérieur de nous-même parce que nous ne pouvons pas ou ne voulons pas les verbaliser, peuvent se cristalliser dans différentes parties du corps ou se manifester à travers tel ou tel problème corporel.

La panique peut provoquer des diarrhées.

La colère retenue ou la rancune : une crise de foie.

La difficulté à trouver ou à prendre sa place peut provoquer des infections urinaires à répétition.

Quelque chose qu’on ne veut pas entendre ou quand on ne s’écoute pas : des otites, douleurs d’oreilles.

Quelque chose qu’on n’a pas osé dire, qu’on a ravalé : des angines, des maux de gorge.

Un refus de céder, de plier, d’obéir ou de se soumettre : des problèmes de genoux.

Peur de l’avenir, peur du changement, peur de manquer d’argent : des douleurs lombaires.

Intransigeance, rigidité : des douleurs cervicales et nuque raide.

Conflit avec l’autorité : des douleurs d’épaules.

Quand on prends trop de choses sur soi : également douleurs d’épaules avec une sensation d’un fardeau.

Affronter une situation ou une personne sans se permettre de s’exprimer : des douleurs dentaires, aphtes, abcès.

L’incapacité d’avancer : des douleurs dans les pieds, les chevilles.

La colonne vertébrale est aussi un merveilleux terrain d’investigation de toutes nos émotions refoulées ! 

Foie 
Le foie représente les choix, la colère, les changements et l’adaptation. On peut souffrir du foie quand on ne parvient pas à s’adapter à des changements, professionnels ou familiaux.
Difficultés d’ajustement à une situation.
Sentiment de manque continuel ou peur de manquer.
Colère refoulée.
Personnes sujettes aux maladies du foie : les personnes qui critiquent et qui jugent beaucoup (elles-mêmes et les autres) et/ou qui se plaignent souvent.

Vésicule biliaire 
La vésicule biliaire est en rapport avec l’extérieur, la vie sociale, la lutte, les obstacles, le courage. Se battre. Esprit de conquête.

Se faire de la bile, s’inquiéter, s’angoisser.
Sentiment d’injustice. Colère, rancune.
Se sentir envahi, empiété sur son territoire par une personne autoritaire.
Agressivité rentrée et ruminante, mécontentement retenu.
Se retenir de passer à l’action. Difficultés à faire un choix, de peur de se tromper.

Glande thyroïde 
Profonde tristesse de ne pas avoir pu dire ce qu’on aurait voulu.
Sentiment d’être trop lent par rapport à ce qu’on attend de nous.
Impuissance, sentiment d’être coincé dans une situation, être devant un mur, dans une impasse. Être bloqué dans la parole ou dans l’action, être empêché d’agir.
Pas le droit de parler, de s’exprimer. Ne pas se sentir écouté. Difficultés à s’affirmer.
Une déception ou une injustice n’a pas été « avalée » et est restée en travers de la gorge.

Hernies 
De la détresse implose à l’intérieur et demande à être libérée.
Désir de rompre ou de quitter une situation où on se sent coincé, mais où l’on reste par peur de manquer de quelque chose, généralement du matériel.
Auto-punition parce qu’on s’en veut, incapacité à réaliser certaines choses qu’on voudrait.

Frustration de travailler dur, se sentir poussé à aller trop loin, ou essayer d’atteindre son but d’une manière excessive, qui en demande trop. Une poussée mentale (de stress) essaie de sortir.
Mais en plus, le lieu où siège l’hernie indique son message émotionnel de manière plus précise et complémentaire : 

Hernie inguinale (dans l’aine) : difficulté à exprimer sa créativité, secret que l’on renferme et qui nous fait souffrir. Désir de rompre avec une personne qui nous est désagréable, mais avec laquelle on se sent engagé ou qu’on est obligé de côtoyer. On aimerait sortir, s’extirper de cette situation.

Hernie ombilicale : nostalgie du ventre de la mère où tout était facile et où se sentait totalement en sécurité. Refus de la vie.

Hernie discale : conflit intérieur, trop de responsabilité, sentiment de dévalorisation, ne pas se sentir à la hauteur de ce qu’on attend de nous, projets et idées non reconnus. La colonne vertébrale représente le soutien. Besoin d’être appuyé, soutenu, mais difficulté ou impossibilité de demander de l’aide.

Hernie hiatale : se sentir bloqué dans l’expression de ses sentiments, de son ressenti.
Refouler ses émotions. Tout vouloir diriger, ne pas se laisser porter par la vie mais la contrôler.

Genoux 
Douleurs aux genoux, genoux qui flanchent, genoux qui craquent, douleurs aux ménisques : refus de plier, de se « mettre à genoux » (de se soumettre) de céder, fierté, ego, caractère inflexible ou au contraire, on subit sans rien oser dire, on s’obstine, mais nos genoux nous disent que nous ne sommes pas d’accord avec cette situation.
Difficultés à accepter les remarques ou les critiques des autres.
Problèmes avec l’autorité, la hiérarchie, problèmes d’ego, d’orgueil.
Devoir s’incliner pour avoir la paix.
Ambition réfrénée ou contrariée par une cause extérieure,
Entêtement, humiliation.
Culpabilité d’avoir raison.
Colère d’être trop influençable.

Peau
Les maladies de peau ont très souvent, à l’origine, un conflit de séparation mal géré, une séparation mal vécue, soit par la mère, soit par l’enfant, ou la peur de rester seul et un manque de communication. Séparation aussi envers soi-même : dévalorisation de soi vis-à-vis de l’entourage. Porter trop d’attention à ce que les autres peuvent penser de nous.

Eczéma
Anxiété, peur de l’avenir, difficultés à s’exprimer.
Impatience et énervement de ne pas pouvoir résoudre une contrariété.
Séparation, deuil, contact rompu avec un être cher.
Chez les enfants, l’eczéma peut résulter d’un sevrage trop rapide ou d’une difficulté de la mère à accepter que son enfant ne soit plus « en elle ». Sevrage de l’allaitement ou reprise du travail de la maman et culpabilité non exprimée, mais que l’enfant ressent et somatise ainsi. Querelles ou tensions dans la famille, que l’enfant ressent. Insécurité.

Acné 
Manière indirecte de repousser les autres, par peur d’être découvert, de montrer ce qu’on est réellement, parce qu’on pense qu’on ne peut pas être aimé tel que l’on est. Puisqu’on se rejette, on crée une barrière pour que les autres ne nous approchent pas.
Refus de sa propre image, de sa personnalité ou de sa nouvelle apparence.
Honte des transformations corporelles.
Difficulté à être soi-même, refus de ressembler au parent du même sexe.

Psoriasis 
Personne souvent hypersensible qui n’est pas bien dans sa peau et qui voudrait être quelqu’un d’autre. Ne se sent pas reconnue, souffre d’un problème d’identité. Le psoriasis est comme une cuirasse pour se défendre.
Besoin de se sentir parfait pour être aimé.

Souvent une double conflit de séparation, soit avec deux personnes différentes, soit un ancien conflit non résolu, réactivé par une nouvelle situation de séparation.
Se sentir rabaissé ou rejeté, à fleur de peau.
Se protéger d’un rapprochement physique, ou protéger sa vulnérabilité, mettre une barrière.

Bras
Il y a de nombreuses causes émotionnelles liées aux douleurs et aux problèmes de bras.
Les bras sont le prolongement du coeur et sont liés à l’action de faire et de recevoir, ainsi que l’autorité, le pouvoir.
Les douleurs aux bras peuvent être liées à de la difficulté à aimer ce que je dois faire. Se sentir inutile, douter de ses capacités, ce qui amène la personne à se replier sur elle et à s’apitoyer sur ses souffrances.
Se croire obligé de s’occuper de quelqu’un.
Ne pas se sentir à la hauteur lorsqu’on est le « bras droit » de quelqu’un.
Difficulté à prendre les autres dans ses bras, à leur montrer de l’affection.
S’empêcher de faire des choses pour soi-même, parce qu’on se souviens des jugements négatifs et des interdictions durant l’enfance, ce qui était blessant.

Ne pas se permettre de prendre ou je regretter d’avoir pris quelque chose, ou de penser avoir obtenu quelque chose sans le ne mériter.
Se rapporter au fait d’avoir été jugé par ses parents.
Vouloir emprisonner quelqu’un dans ses bras pour l’avoir sous contrôle, mais avoir dû le laisser s’envoler, et ne plus pouvoir l’aimer et le protéger (un enfant, par exemple).
Vivre une situation d’échec, devoir baisser les bras.

Epaules
La fonction première des épaules est de porter. Les épaules portent les joies, les peines, les responsabilités, les insécurités.
Le fardeau de nos actions et tout ce qu’on voudrait faire, mais qu’on ne se permet pas, ou qu’on n’ose pas.
On se rend responsable du bonheur des autres, on prend tout sur soi, on a trop à faire, on se sent écrasé, pas épaulé, pas soutenu.
Douleurs possibles aussi quand on nous empêche d’agir, ou que l’on on nous impose des choses.
Lorsqu’on vit une situation dont ont ne veut plus, on désire passer à autre chose, mais le manque de confiance en soi nous bloque.
On manque d’appui, on manque de moyens. On ne se sent pas aidé.
Une personne chère ou l’un de nos parents vit de la tristesse et on aimerait prendre son chagrin et ses problèmes pour l’en libérer.

Colère retenue contre un enfant ou une autre personne qui se la coule douce alors qu’on ne se donne même pas le droit de prendre un temps de pause.
Au travail ou à la maison, avec son conjoint, on se sent dans l’obligation de se soumettre, on se sent dominé sans oser réagir.
On vit de l’insécurité affective (douleur épaule gauche) ou de l’insécurité matérielle (douleur épaule droite).
Épaules rigides et bloquées sont signe d’un blocage de la circulation de l’énergie du coeur, qui va vers l’épaule, puis vers le bras, le bras donne (le bras droit) et reçoit (le bras gauche).
Ce blocage d’énergie est souvent retenu dans une articulation ou un tissu (capsulite, bursite).

L’énergie doit circuler du coeur vers les bras pour permettre de faire, de réaliser ses désirs.
On porte des masques, on bloque ses sentiments, on entretient des rancunes (douleurs dans les trapèzes, surtout à gauche). parfois envers soi-même.
On paralyse ses épaules pour s’empêcher d’aller de l’avant, de faire ce qu’on aimerait vraiment. On prend le fardeau sur soi plutôt que d’exprimer ses demandes et ses ressentis, de peur de mécontenter l’autre.
Difficulté ou impossibilité à lever le bras : conflit profond avec sa famille, difficulté à voler de ses propres ailes.

Essayez de modifier, clarifier ou de lâcher-prise par rapport à la situation qui vous perturbe. Le mot lui même maladie pointe sur ce mécanisme d’expression corporelle : « le mal a dit ». Votre douleur essaie de vous dire quelque chose, de vous signaler que quelque chose perturbe l’harmonie en vous, d’attirer votre attention sur quelque chose à changer dans votre vie. 
N’ayez pas peur, ne haïssez pas vos maladies! Reconnaissez et acceptez les émotions, si vous les éprouvez, mettez des mots dessus, acceptez votre ressenti. Une fois les émotions négatives reconnues, acceptées et évacuées, le corps peut cesser de vous envoyer ce message de « mal a dit. »

La dépression

Capture 140

La dépression est devenue un énorme problème pour notre société. Les gens sont excédés par la pression de joindre les deux bouts et survivre dans notre société de plus en plus complexe ce qui leur donne un sentiment de désespoir et de dépression...

La dépression peut venir d'un sentiment profond de déception, de trahison, de la perte d'un être aimé, d'un échec, de colère contre soi, d'un accident, d'un traumatisme majeur ou d'un état physiologique.

Avec la dépression vous pouvez éprouver un sentiment d'impuissance, d'égarement, de confusion, de fatigue et de mélancolie...
Vous avez l'impression de perdre le sens de la vie, qu'elle est devenue ennuyeuse, terne et vaine.
Vous pouvez avoir la sensation d'être piégé dans l'obscurité de votre mental et trouver difficilement une issue...

Cependant la dépression peut aussi être l'ultime occasion pour vous d'entrer en contact et de travailler avec votre part d'ombre, qui vous conduira vers une compréhension de vous même et à une guérison et une transformation puissante...

Au niveau physique la dépression peut contribuer à des problèmes de la vésicule biliaire, poumons, prostate, douleurs au dos, boulimie compulsive, calculs, scoliose, problèmes de sang, poitrine, rigidité des articulations, abcès, maladie d'Alzheimer, amnésie et autres maladies....

 

Eczéma : de quoi suis-je séparé ?

Capture 138

L’eczéma est la grande maladie de la séparation. Eczéma, « maladie des ex-aimés, l’ayant été ou craignant de l’être ».

Par extension devant un eczéma se pose la question : de quoi suis-je séparé(e) ? De quoi je ne supporte pas d’être séparé(e) ?

Dans l’utérus, l’enfant baigne dans le liquide amniotique au point que le contact avec la totalité de son corps soit caractéristique de cette phase de la vie. Jamais, plus tard dans sa vie(sauf en se baignant) un être n’aura un contact de ce type. La disparition de ce contact est caractéristique de la première puis de toutes les autres séparations.

C’est aussi la période où l’enfant est au plus près de sa vérité. De quelle vérité de moi-même suis-je séparé(e) ?

L’eczéma, dans son aspect physique, a l’apparence de peau qui aurait été arrachée et qui cicatriserait mal.p-05-Parts-on-Body-with-Eczema-fr

Les localisations de l’eczéma sont très parlantes :

  • L’eczéma généralisé nous ramène à une séparation brutale, totale et précoce.
  • La plus banale de toutes les localisations, c’est la croûte de lait qui couvre le crâne des nouveau-nés, témoin d’une tête qui ne repose plus sur le fond de l’utérus.
  • Les eczémas derrière les oreilles chez le bébé sont des signes mineurs d’une tendance à l’eczéma.
  • L’eczéma du conduit auditif, comme les gens qui se grattent toujours les oreilles, au besoin avec un objet, traduit un problème assez subtil, souvent non conscient. Une séparation d’avec ce que l’on est vraiment soi-même. Dans une note d’équilibre animus-anima. Un désaccord entre mon germe et mon être.
  • L’occiput traduit une anxiété avec appréhension.
  • L’eczéma du cuir chevelu traduit un tempérament anxieux habituel. Les pellicules en sont la forme mineure.
  • Sur le front, c’est l’autonomisation des pensées. Un problème d’identité véritable.
  • L’eczéma du cou correspond à une difficulté dans le vécu et les perceptions affectives et émotives..
  • Aux yeux et aux paupières : ce que je ne veux pas voir, avec souvent colère et intolérance.
  • Le pouce et le dos de la main au niveau du pouce, chez des enfants qui sucent encore leur pouce ou chez l’adulte qui reste dans cette problématique de séparation orale, comme s’il suçait encore son pouce, comme si. le fait de ne plus téter restait une plaie affective ouverte.
  • L’eczéma de la paume de la main survient chez des personnes à l’affectivité et l’émotivité mal maîtrisées. Etre séparé de son propre désir.
  • L’eczéma et les démangeaisons du poignet traduisent des difficultés dans la vie de couple et de la sexualité. A la face antérieure il y a le sentiment d’être dominé. Au dos du poignet et de la main, il y a désir de dominer, avec désir sexuel au besoin difficile à maîtriser.
  • Aux plis du genou et du coude nous sommes en face de personnalités timides ayant du mal à entrer en contact avec la société et à se déployer. Le pli du coude a une connotation de timidité plus intellectuelle, le genou plus instinctif.
  • L’eczéma autour de l’ombilic traduit souvent chez l’adulte un attachement très prolongé à des notions du passé.
  • L’eczéma ou simplement la peau sèche sur le ventre traduit une tension affective non résolue du petit bébé. Il y a souvent association d’eczéma du bas du dos. Cela nous fait évoquer une composante psycho généalogique.
  • Au sternum, voire sur les seins, l’eczéma nous renvoie de manière caractéristique à une problématique de type psycho généalogique.
  • L’eczéma du deltoïde, c’est-à-dire du muscle de l’épaule, envoie à un stress professionnel de type financier ou légal. Etre confronté(e) à la dureté de la loi et à la peur des foudres, être enfermé(e) dans la culpabilité et la peur de la faute.
  • L’eczéma des mollets, particulièrement sur la face externe, correspond à la nécessité de se séparer dans une situation d’impossibilité de séparation consciente ou inconsciente chez un adulte : « je veux être séparé, mais je n’y arrive pas ».

La notion de la séparation renvoie chacun de nous à son histoire et à son vécu personnel et familial où prennent source nos croyances.

 

Article du Dr Soulier

Source http://www.jeanbaptistelc.fr/leczema-de-quoi-suis-je-separee/#.U7GFm0XK4F8.facebook

20 sources de douleur dans le corps

Capture 137

20 sources de douleur dans le corps qui sont chacune directement liées à des états émotionnels spécifiques

La douleur est une énergie, un ressenti, et une manifestation physique.

La moindre douleur dans notre corps est liée à un état émotionnel particulier, et vient nous alerter sur ce qui ne va pas dans nos vies.

Une fois que nous intégrons ces leçons, la douleur disparaît.

Le corps est particulièrement transparent quand il s’agit de la douleur.

Les expériences de votre vie se manifestent directement dans votre corps et lorsque vous rencontrez un stress émotionnel, votre corps vous montre exactement quel est le problème.

La seule chose que vous devez faire, c’est savoir décoder la douleur lorsqu’elle se manifeste :

1.    La douleur dans les muscles représente la flexibilité dont nous faisons preuve dans la vie quotidienne. Cela révèle si nous sommes assez souples dans nos relations au travail, à la maison ou envers nous-mêmes. Laissez-vous donc porter pour que la douleur s’estompe.

2.    La douleur au niveau de la tête : les maux de tête limitent la prise de décision. Les migraines surviennent lorsque nous connaissons la décision à prendre et que nous ne la prenons pas. Assurez-vous de prendre du temps chaque jour pour vous détendre. Faites quelque chose qui va soulager cette tension.

3.    La douleur dans le cou indique que vous avez des difficultés à pardonner les autres ou vous-même. Si vous sentez une douleur au cou, pensez aux choses que vous aimez chez vous ou chez les autres. Travaillez consciemment sur le pardon.

4.    La douleur dans les gencives : comme pour le cou, la douleur dans les gencives est liée aux décisions que vous ne prenez pas ou auxquelles vous ne vous tenez pas. Soyez clair dans vos objectifs, et foncez !

5.    La douleur aux épaules peut indiquer que vous trainez un fardeau émotionnel, d’où l’expression « avoir les épaules larges ». Focalisez-vous sur les problèmes que vous êtes seul à pouvoir résoudre et n’hésitez pas à déléguer à votre entourage dès que possible.

6.    La douleur à l’estomac survient lorsque vous n’avez pas digéré, au sens figuré, quelque chose de négatif. Le sentiment de ne pas être respecté provoque une sensation de trou dans l’estomac, et un certain chagrin.

7.    La douleur dans le haut du dos indique que vous manquez de soutien affectif. Vous pourriez vous sentir mal aimé. Si vous êtes célibataire, il serait peut-être temps de rencontrer quelqu’un.

8.    La douleur dans le bas du dos. La lombalgie peut signifier que vous vous souciez trop de l’argent ou que vous êtes en manque d’affection. Ce peut être l’occasion de demander une augmentation de salaire, ou envisager un conseiller financier pour vous apprendre à mieux gérer votre argent !

9.    La douleur au sacrum et au coccyx. Vous pourriez être assis sur un problème qui doit être résolu…

10.   La douleur dans les coudes a beaucoup à voir avec la résistance aux changements dans votre vie. Si vos bras sont raides, cela peut signifier que vous êtes trop raide dans votre rapport aux choses. Il est peut-être temps d’oser faire bouger les choses ou du moins, de vous laisser aller !

11.   La douleur dans les bras. Vous portez quelque chose ou quelqu’un comme un fardeau émotionnel. Il est peut-être temps de vous demander si cela en vaut vraiment la peine…

12.   La douleur dans les mains. Les mains symbolisent le lien aux autres, le fait de se connecter. Si vous ressentez une douleur à la main, cela peut signifier que vous ne tendez pas assez la main aux autres. Essayez de vous faire de nouveaux amis, rétablissez la connexion !

13.   La douleur dans les hanches. Des hanches douloureuses pourraient signifier que vous êtes trop résistant aux changements. Vous avez tendance à ériger les mises en garde en véritables obstacles à la prise de décision. Si vous réfléchissez sur quelques grandes idées, il est temps de trancher.

14.   La douleur dans les articulations en général. Tout comme pour les muscles, les douleurs dans les articulations représentent la flexibilité. Soyez ouvert à de nouvelles façons de penser, aux leçons et expériences de la vie.

15.   La douleur aux genoux. Le genou, qui peut s’entendre « je-nous », symbolise notre relation à l’autre, soumise, agressive ou équilibrée. Le mal de genou indique une difficulté à plier, à accepter les choses telles qu’elles sont. La tension peut être liée au monde extérieur comme à soi-même. L’intérieur du genou renvoie à la communauté, au travail, aux amis ; l’extérieur du genou est lié aux problèmes personnels. Souvenez-vous : vous n’êtes qu’un humain, un simple mortel. Ne laissez pas votre ego dominer votre vie. Faire du bénévolat peut s’avérer bénéfique.

16.   La douleur aux dents exprime le fait que vous n’aimez pas votre situation. À ressasser constamment ce dégoût, cela affecte vos émotions au quotidien. Rappelez-vous que les expériences passent plus vite lorsque vous focalisez sur leurs aspects positifs.

17.   La douleur dans les chevilles montre que vous ne vous accordez pas de droit au plaisir. Il est peut-être temps de devenir plus indulgent envers vous-même. Essayez de pimenter votre vie amoureuse.

18.   Une douleur qui fatigue. Éprouver de l’ennui, faire de la résistance, ne pas se donner les moyens d’aller de l’avant. Écoutez cette petite voix qui se demande « quelle est la prochaine étape ? » et vous pousse vers une nouvelle expérience.

19.   La douleur aux pieds. Lorsque vous êtes déprimé, vous pouvez ressentir une certaine douleur aux pieds. Trop de négativité peut se manifester sous vos pieds. Appréciez les petits plaisirs de la vie. Adoptez un animal de compagnie ou trouvez-vous un nouveau loisir, une nouvelle passion. Cherchez la joie.

20.   Une douleur inexpliquée dans différentes parties du corps. La structure cellulaire du corps est en renouvellement constant et durant ce processus, on se purge des énergies négatives. Le système immunitaire et tous les systèmes dans le corps s’en retrouvent affaiblis. Ainsi, alors que le corps fait mal et peut sembler dans un état de maladie, il est en réalité dans un état de compensation. Pas de panique, ça va passer !

 

Source : www.santeplusmag.com