Fraternité

Fraternite

In Lak’ech est une salutation maya qui exprime très bien le concept de la fraternité. Les Mayas avaient bien compris que le concept de voir dans l’autre un représentant différent provenant de la même source devait être à la base de toute relation. Ces mots signifient « Je suis un autre toi-même ». Rien ni personne n’est séparé du reste, nous sommes tous reliés. L’un est une partie de l’autre. Chacun influence la conscience collective.

Connaître ce concept est une chose, l’incarner en est une autre. La salutation In Lak’ech est une invitation à incarner ce sentiment de fraternité et d’unité. Est-ce que je reconnais dans l’autre un autre moi-même ? est-ce que je me sens vraiment partie intégrante de l’Univers ? est-ce que l’idée que nous sommes tous enfants de la même source est bien ancrée en moi ? Lorsque j’offense mon prochain, lorsque je le juge et que je le critique, je m’offense et j’offense la Source universelle. Lorsque j’aime mon prochain, que je le respecte et que je le remercie, je m’aime. La peur, la vanité, la victimisation et l’envie mènent souvent à l’individualisme, une attitude qui peut entraîner rivalité et jalousie. Je ne dois pas penser aux autres en termes de séparation et de rivalité, mais je dois entrer en contact avec eux pour me mettre dans leur peau. Je substitue la gentillesse, l’humilité et la joie à l’arrogance, l’orgueil, l’égocentrisme et la jalousie. Je dis « cela suffit » à la peur et au contrôle ; ils m’empêchent d’aimer. J’invite mes amis pour partager avec eux des moments de vie, pour parler de nos intentions communes et de ce que nous vivons. S’ils ont besoin d’aide, je les soutiens, j’essaie de leur être utile. Je coopère en vivant la dimension collective de la manière la plus sincère possible. Je m’adresse aux autres avec délicatesse, j’apprends à ne pas voir que leurs défauts et leurs erreurs ; j’apprends la tolérance, la confiance. Je me reflète dans l’autre, c’est mon frère !

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !