Boulimie

Image 5762 m

La boulimie est une forme de compulsion qui conduit la personne qui en souffre à manger démesurément ou à avaler tout ce qui se présente à ses yeux, sans distinction.

Après avoir ingéré beaucoup de nourriture, plusieurs optent pour se faire vomir, soit par crainte de grossir, soit pour se faire du mal.

La boulimie est bien souvent reliée à une forme d'autodestruction liée à un sentiment d'abandon ou de culpabilité. Toutefois, chez beaucoup d'adolescentes, elle relève d'une obsession de la minceur.

Valérie souffre depuis plusieurs années de boulimie. Elle n'a aucune idée comment cela a débuté et me dit qu'à présent c'est devenu presque un réflexe qu'elle se sent incapable de freiner.

Au cours d'une thérapie de groupe, il lui revint un souvenir qu'elle avait oublié. Elle avait 12 ans et était dans le bureau du médecin de sa mère. Le médecin s'est adressé à sa mère et celle-ci lui a répondu "Je trouve que Valérie a pris du poids ces derniers temps, je vais surveiller sa diète". 

Valérie fut très étonnée d'entendre cette réplique de sa mère, jamais elle n'avait pensé avoir un surplus de poids ; à partir de ce moment, elle devint hantée par l'idée de grossir. C'est ainsi qu'elle prit l'habitude de se faire vomir chaque fois qu'elle craignait que la nourriture qu'elle venait d'ingérer puisse lui faire prendre du poids.

Louise a 26 ans. Elle souffre de boulimie depuis l'âge de 20 ans. Cette période correspond au décès de sa mère. La mère de Louise avait commencé à présenter des problèmes cardio-vasculaires après la naissance de son premier enfant. Ces problèmes s'accentuèrent à la seconde naissance, soit celle de Louise. Très jeune, Louise entend dire que sa mère souffre. Au décès de sa mère, elle se sent même soulagée, se disant qu'au moins elle ne la verra plus souffrir. Mais cela accentue son rejet d'elle-même et de sa vie car elle se sent coupable de vivre. Inconsciemment, Louise chercher à se détruire à cause de cette culpabilité.

Comment Louise s'en est-elle sortie ? En acceptant qu'elle n'était pas responsable de la mort de sa mère. Bien au contraire, elle lui avait donné le goût de vivre plus longtemps, puisque cette dernière attendait la fin des études de Louise pour partir. Louise a également appris à s'accepter et à s'apprécier graduellement, à trouver un but, un idéal à sa vie. 

 

Source : Méta médecine : la guérison à votre portée

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !